•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le CISSS pourrait imposer des tests de dépistage pour voyager sur la Côte-Nord

Vue de Baie-des-Moutons, petite communauté anglophone de la Basse-Côte-Nord.

Le CISSS de la Côte-Nord envisage d'imposer des tests de dépistage, par exemple pour se rendre en Basse-Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Centre de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord envisage d'imposer des tests de dépistage de la COVID-19 aux gens qui voudraient se rendre dans des sous-régions plus à risque, comme la Basse-Côte-Nord.

C'est ce qu'a affirmé le président-directeur général par intérim du CISSS de la Côte-Nord, Claude Lévesque, à l’occasion d’un point de presse, mercredi.

Il pourrait arriver qu'on demande des tests avant d'aller sur des territoires qu'on considère comme plus à risque, a-t-il indiqué. Par exemple, si vous décidez d'aller à Tête-à-la-Baleine, on veut que les gens aient un test négatif avant de rentrer. Ça pourrait arriver, mais on n'est pas là aujourd'hui.

Capture d'écran de Claude Lévesque et du Dr Richard Fachehoun, assis pour un point de presse en visioconférence.

Le président-directeur général, Claude Levesque (gauche), et le Dr Richard Fachehoun (droite) lors d'un point de presse (archives)

Photo : Capture d'écran

Nouveau système d’alertes régionales

Pendant le point de presse, Claude Lévesque ainsi que le médecin-conseil en santé publique pour le CISSS de la Côte-Nord, Richard Fachehoun, ont aussi présenté à la Côte-Nord le nouveau système d’alertes régionales dévoilé par le gouvernement québécois en début de semaine.

Le président-directeur général du centre de santé a salué ce nouveau système, qui permettra d’appliquer des directives distinctes d’une région ou d’une sous-région à l’autre.

Infographie représentant les quatre paliers du système d'alertes régionales et d'intervention graduelles, lesquels sont séparés selon les couleurs vert, jaune, orange et rouge.

Système d'alertes régionales et d'intervention graduelles à 4 paliers

Photo : Gouvernement du Québec

Il estime que cette possibilité sera particulièrement utile pour répondre aux réalités spécifiques de chacune des MRC que compte la Côte-Nord.

Les facteurs d'autosuffisance sont différents si on se situe à Sept-Îles ou à Baie-Comeau, versus la Minganie ou la Basse-Côte-Nord, ou même Caniapiscau. Il pourrait arriver qu'on ait des mesures différentes d'un sous-territoire à l’autre. Ça devient très intéressant pour gérer la situation actuelle.

De son côté, Richard Fachehoun craint que le niveau d'alerte léger (le vert) qu'affiche présentement la Côte-Nord entraîne un relâchement de la vigilance au sein de la population.

Il a donc tenu à rappeler l'importance de respecter les directives de santé publique pour éviter la propagation de la COVID-19 dans la région.

Si le palier est vert, nous sommes dans la bonne direction, mais ce n'est pas pour autant le moment de relâcher. Nous devons maintenir les mesures, a-t-il précisé.

Richard Fachehoun martèle qu'il est essentiel de respecter la distanciation sociale, de porter le couvre-visage lorsque ce n'est pas possible et de se laver fréquemment les mains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !