•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compton exige que le propriétaire remplace les arbres « abattus illégalement »

Des arbres abattus devant l'ancienne école des Arbrisseaux, à Compton.

Le propriétaire de l'ancienne école des Arbrisseaux, à Compton, a coupé tous les arbres sur son terrain.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil municipal de Compton entreprend des procédures pénales contre le responsable de la coupe massive d’arbres devant l’ancienne école des Arbrisseaux, le long de la route 147.

Une résolution a été adoptée en ce sens mardi soir lors de la séance du conseil municipal. Les élus estiment qu’une superficie d’environ 0,54 hectare a été coupée à blanc. Selon le maire, 275 arbres auraient été abattus.

Le responsable aurait enfreint deux règlements municipaux et est passible d’une amende de 5500 $.

L'entrevue du maire Bernard Vanasse à Par ici l'info.

En entrevue à l’émission Par ici l’info, le maire de Compton, Bernard Vanasse, a estimé que le montant de l’amende était dérisoire étant donné l’impact du geste sur le paysage de la municipalité. C’est le maximum qu’on peut imposer pour moins d’un hectare, a-t-il expliqué.

Définitivement, on perd du paysage, c’est pour cela que nous, en plus de la contravention, on veut absolument que les arbres soient replantés.

Bernard Vanasse, maire de Compton

La Municipalité demande au propriétaire du terrain de replanter les arbres. La Municipalité a mandaté une avocate pour entamer des discussions à ce propos.

M. Vanasse a déclaré que le propriétaire des lieux avait pourtant été averti par la Municipalité lorsqu’il a amorcé ses travaux de déboisement. Notre directeur général l’a appelé puis averti de ne pas couper. Ce qu’il a fait, c’est qu’il s’est dépêché, a-t-il dénoncé.

Toujours selon le maire, cette coupe aurait été motivée par un désir de vendre plus rapidement le bâtiment, puisqu’il devenait ainsi plus visible.

Le maire a précisé lors de son entrevue que cet événement malheureux n’est pas représentatif des agissements de la majorité des promoteurs. Habituellement, ils font en sorte de regarder la réglementation, a-t-il mentionné. Si on veut avoir des projets, faut avoir confiance aux futurs entrepreneurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !