•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moncton approuve une aide de 1,5 M$ aux administrateurs du Centre Avenir

Des personnes circulent à l'entrée de l'édifice.

Plusieurs événements prévus au Centre Avenir ont été annulés à cause de la COVID-19 (Archives).

Photo : CBC/Philip Drost

Radio-Canada

Le conseil municipal approuve des mesures d’une valeur totale de 1,5 million de dollars pour aider l’entreprise qui gère le Centre Avenir à surmonter ses pertes financières entraînées par la pandémie de la COVID-19.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Les conseillers de la Municipalité ont voté en faveur d'une modification au contrat conclu avec l’entreprise ASM Global, qui gère le centre multifonctionnel de 8800 sièges ouvert il y a deux ans. Sept conseillers se sont prononcés pour et quatre ont voté contre la proposition.

Un rapport préparé par des fonctionnaires municipaux explique que la pandémie a entraîné l’annulation de spectacles et une perte de revenus à un point tel que l’entreprise a besoin de l’aide de la Municipalité pour couvrir ses dépenses.

En vertu du changement au contrat, l’entreprise peut reporter des paiements de plus de 700 000 $ qu’elle doit verser à la Municipalité. L’entreprise peut aussi emprunter jusqu’à 825 000 $ à la Municipalité durant la même période pour couvrir ses dépenses.

C’est un risque calculé. Évidemment, ce n’est pas l’idéal, mais la pandémie ne l’est pas non plus, a déclaré la mairesse, Dawn Arnold, avant le vote.

Le conseiller Brian Hicks a voté contre la motion en disant qu’il l’aurait peut-être appuyée si elle avait été présentée après que la Ville eut fait une vérification des états financiers de l’entreprise ASM et eut obtenu une indication si cette dernière est rentable ou non dans son ensemble.

Brian Hicks est assis dans la salle de réunion du conseil municipal.

Selon le conseiller municipal Brian Hicks, Moncton aurait dû vérifier les états financiers de l'entreprise avant d'accepter de modifier le contrat.

Photo : CBC/Shane Magee

ASM indique sur son site Internet qu’elle exploite plus de 300 installations du genre sur cinq continents, dont le Barclays Center à New York et le Los Angeles Convention Center.

Moncton a vu les résultats financiers du Centre Avenir, mais pas ceux de l’entreprise mère, selon le directeur général du service des finances de la Municipalité, Jacques Doucet.

La motion approuvée modifie le contrat de 20 ans et le prolonge de deux ans. L’entreprise peut contracter un emprunt auprès de la Municipalité afin de couvrir ses dépenses opérationnelles pour le Centre Avenir en 2020 et en 2021, et ce, à hauteur maximale de 325 000 $ cette année et de 500 000 $ l’an prochain.

La Municipalité s’attend à un remboursement sur 13 à 15 ans avec un taux d’intérêt de 1,5 % à 2 %, précise Jacques Doucet. Tout montant impayé à la fin du contrat serait annulé.

Quant à la possibilité que le montant total ne soit pas entièrement remboursé, le conseiller Charles Léger juge que le risque est très, très petit.

Ce sera une subvention qui sera remboursée, a déclaré pour sa part la conseillère Susan Edgett, qui a appuyé la motion.

Selon des fonctionnaires municipaux, si le conseil municipal avait refusé cet accord, le partenariat entre Moncton et ASM aurait pu être remis en question. La Municipalité aurait pu se retrouver à gérer elle-même le Centre Avenir ou à chercher un autre investisseur privé pour s’en charger.

ASM n’a toutefois pas menacé de se retirer du contrat, assure le directeur général de la Municipalité, Marc Landry.

Jacques Doucet s'adresse aux conseillers municipaux.

Jacques Doucet, directeur général du service des finances de Moncton, affirme que l'entreprise pourra rembourser ses emprunts avec intérêts pendant la durée du contrat et que tout montant impayé après cela sera annulé.

Photo : CBC/Shane Magee

Brian Hicks juge que le contrat initial était blindé et que l’entreprise gère bien le Centre Avenir. Il ajoute que la Municipalité devrait s’en tenir à ce contrat et poursuivre l'entreprise pour des millions de dollars si cette dernière ne l’honorait pas.

Les conseillers Bryan Butler, Paul Pellerin et Shawn Crossman ont aussi voté contre la motion.

Moncton a conclu ce contrat avec SMG Canada pour que cette dernière se charge du risque financier et de la gestion quotidienne et de l'organisation d’événements au Centre Avenir. L’entreprise ASM Global résulte de la fusion en octobre 2019 de SMG et de AEG Facilities.

Selon des fonctionnaires municipaux, l’entreprise a licencié des employés du Centre Avenir, utilisé la subvention salariale d’urgence du Canada et désactivé la patinoire de l’édifice, entre autres mesures d’économie.

La perte de revenus provenant du contrat survient tandis que Moncton s’attend déjà à un déficit budgétaire de 2,1 à 25 millions de dollars cette année dans la foulée de la pandémie. Puisque les municipalités ne peuvent faire un déficit budgétaire, elles doivent réduire leurs dépenses pour équilibrer leurs finances.

Avec les renseignements de Shane Magee, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !