•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat John Gardner perplexe face à son expulsion du Parti libéral

Portrait de John Gardner.

Si le drapeau de la fierté hétérosexuelle n'est pas permis à Chipman il faut aussi retirer celui de la fierté gaie, a expliqué John Gardner dans une publication sur Facebook, il y a deux ans. Ces propos, entre autres, ont mené à son expulsion du Parti libéral cette semaine.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Le candidat John Gardner dans la circonscription de Sainte-Croix, expulsé du Parti libéral du Nouveau-Brunswick pour des propos homophobes, dit être perplexe à la suite de cette décision parce qu’il est lui-même ouvertement homosexuel.

Bannière permettant de se rendre sur le site Élections Nouveau Brunswick 2020

John Gardner dit qu’il ne pourrait pas inventer cette situation et que le tout est trop drôle.

Les libéraux ont expulsé de leur parti l’homme de 54 ans, mais ce dernier a rapidement annoncé qu’il restait candidat indépendant.

C’est l’une des meilleures choses qui auraient pu arriver, dit-il.

Il était trop tard pour retirer des bulletins de vote son affiliation au Parti libéral, mais John Gardner affirme qu’il siégera comme député indépendant s’il est élu.

Un autre candidat dans la circonscription de Victoria-La Vallée, Roland Michaud, a aussi annoncé qu’il siégera comme indépendant s’il est élu, après avoir été expulsé par le Parti progressiste-conservateur pour ses propos au sujet de la communauté LGBTQ.

Si les deux candidats s’étaient retirés des élections, tout vote pour eux jusqu’à présent aurait été considéré comme annulé.

Dans une publication sur Facebook il y a deux ans, John Gardner a affirmé qu’il était important de reconnaître tout le monde, et non seulement les groupes minoritaires, après que le Village de Chipman eut hissé un drapeau de la fierté hétérosexuelle.

Mardi, M. Gardner a précisé que le Parti libéral l’a accusé d’homophobie et a qualifié de blessants d’autres propos qu’il a publiés au sujet de Jody Wilson-Raybould.

Dans une autre publication sur Facebook cette semaine, John Gardner a reconnu que ses propos pouvaient sembler homophobes, mais il explique que la manière dont chacun défend ses droits peut parfois contredire ce que d’autres intervenants considèrent comme étant leurs droits.

Roland Michaud.

Lex-progressiste-conservateur Roland Michaud poursuit sa campagne dans Victoria-La-Vallée comme candidat indépendant.

Photo : Facebook de Roland Michaud

M. Gardner estime qu’il a toujours de bonnes chances d’être élu. Il poursuit sa campagne dans Sainte-Croix en mettant l’accent sur les soins de santé en milieu rural et sur un service de transport pour l'île de Campobello à longueur d’année.

John Gardner dit ne pas regretter sa publication au sujet du drapeau hétérosexuel à Chipman parce qu’il croit que tout le monde doit se sentir inclus. Il fait lui-même flotter un drapeau de la fierté gaie devant son gîte touristique.

Le chef du Parti libéral, Kevin Vickers, a indiqué qu’il était au courant de l’orientation sexuelle de M. Gardner et a ajouté que d’autres publications de ce dernier au sujet des femmes et des francophones étaient aussi problématiques.

Des candidats sélectionnés trop vite, selon le NPD

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick, Mackenzie Thomason, attribue au déclenchement d’élections hâtives l’expulsion récente des deux candidats par leur parti respectif.

Si vous planifiez de jouer avec l’avenir de la province, vous devez vous attendre à de mauvaises surprises en cours de route, affirme M. Thomason.

Mackenzie Thomason devant l'édifice de l'Assemblée législative.

Le Nouveau-Brunswick devrait investir dans des campagnes de sensibilisation à la diversité, estime le chef du NPD, Mackenzie Thomason.

Photo : CBC/Maria Burgos

Selon lui, les chefs libéral et progressiste-conservateur étaient si pressés de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions électorales qu’ils n’ont pas tenu compte de toutes les conséquences de leur décision malavisée d’imposer des élections aux Néo-Brunswickois.

Il est content que les deux partis aient expulsé leur candidat respectif, mais il estime que la transphobie, l’homophobie et le racisme dans la province sont préoccupants.

Il faudrait investir dans des campagnes publiques de sensibilisation à la diversité pour lutter contre les commentaires haineux et régressifs, conclut le chef du NPD.

Avec les renseignements d’Elizabeth Fraser, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !