•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prologue(s), l’oeuvre en courtepointe du Théâtre français du CNA

Le Centre national des Arts recherche des spectateurs volontaires pour assister à l’enregistrement d’oeuvres théâtrales inédites qui seront diffusées en ligne en octobre.

Représentation graphique d'une scène devant laquelle des ombres de spectateurs sont assises et sur laquelle des comédiens portant le masque sont en pleine représentation de théâtre.

Les spectateurs qui souhaitent assister à l'enregistrement de l'une des neuf courtes pièces du projet « Prologue(s) » doivent s'inscrire sur le site web du Centre national des Arts.

Photo : Radio-Canada

Dix artistes, neuf courtes prestations théâtrales, quelques lieux secrets et une poignée d’observateurs : « Le public qui participera à Prologue(s) va vivre une expérience absolument unique », avance l'autrice et comédienne Caroline Yergeau, qui sera de la partie. Les spectateurs volontaires doivent toutefois s’inscrire s’ils espèrent assister à l’enregistrement de l’une des représentations inédites.

Caroline Yergeau a particulièrement hâte de partager des émotions avec le public. À défaut de pouvoir le faire dans une grande salle, la femme de théâtre est heureuse de préparer la courte performance qu’elle offrira à quelques personnes privilégiées à la mi-septembre.

Les gens vont pouvoir dire : '' Je suis le seul à vivre ça '', puis ça va vraiment être une surprise , exprime-t-elle, mystérieuse.

Les organisateurs du projet initié par Mani Soleymanlou - qui deviendra officiellement le directeur artistique du Théâtre français du CNA en 2021 - sont d’ailleurs à la recherche de spectateurs désirant assister aux enregistrements qui auront lieu les 18 et 19 septembre.

Les intéressés doivent remplir un questionnaire en ligne. Ils doivent y indiquer ce qui les motive à s’inscrire et peuvent même proposer un lieu de tournage, par exemple leur cour arrière ou un parc près de chez eux, en fournissant quelques détails sur le site mis de l'avant.

Sans dévoiler le contenu ni même la forme de la pièce inédite qu’elle a écrite pour Prologue(s), Caroline Yergeau laisse entendre qu’elle traitera de thèmes universels qui ont touché beaucoup de monde pendant la pandémie comme la solitude, la surconsommation et l’omniprésence de la technologie.

Au terme du projet, neuf captations vidéo seront rendues publiques le 5 octobre.

Ce partage à grande échelle console un peu l’artiste assoiffée d’échanges avec l’auditoire depuis la fermeture des lieux de diffusion, il y a déjà six mois. On ne reçoit pas d’énergie du public par la vidéo , rappelle Caroline Yergeau. Mais je suis vraiment contente que ce projet-là puisse être disponible à un plus grand nombre que seulement les personnes à qui on va le présenter.

Retrouvailles des 10 artistes de Dix

Montage de photos : deux femmes aux cheveux foncés.

Catherine Voyer-Léger (à gauche) et Caroline Yergeau (à droite) font partie des 10 artistes du projet « Prologue(s) » présenté en collaboration avec le Théâtre français du CNA et la compagnie de théâtre Orange Noyée.

Photo : Avec la gracieuseté du Théâtre français du Centre national des arts

Une première version de Prologue(s) a été réalisée au printemps 2020 (Nouvelle fenêtre) dans le cadre du Festival des arts vivants OFFTA. L’idée du directeur de la compagnie de théâtre Orange Noyée, Mani Soleymanlou, avait plu à Catherine Voyer-Léger, qui a accepté d’emblée de participer à la version ottavienne.

Qui plus est, l’auteure était ravie de retrouver les artistes qu’elle avait tant aimé côtoyer dans la pièce Dix, prestation hors-série présentée au CNA à l'automne 2019, soit Marjolaine Beauchamp, Jean Marc Dalpé, Pierre Antoine Lafon Simard, Charlotte L’Orage, Julien Morissette, Blaise Ndala, Karina Pawlikowski, Louis-Philippe Roy et Caroline Yergeau.

Cadavre exquis

Un homme debout derrière un micro.

L'initiateur de «Prologue(s)», Mani Soleymanlou, a demandé aux artistes choisis de s'inspirer du l'air du temps, sans pour autant leur imposer le thème de la pandémie.

Photo : Jean-François Hétu

Selon les participantes, le carnet de commande de Prologue(s) est plutôt vague puisque les artistes peuvent s’exprimer sur le sujet de leur choix.

On ne nous a pas demandé d’écrire sur la pandémie ou sur tout ce qu’on vit collectivement actuellement, mais Mani [Soleymanlou] a exprimé le souhait que ça s’inscrive dans l’air du temps en ce moment très particulier , nuance Catherine Voyer-Léger.

L’auteure demeure elle aussi plutôt évasive sur ce qu’elle compte livrer devant public. Son texte s’inspirera d’une publication Facebook qu’elle avait écrite à brûle-pourpoint dans un moment d’émotion durant le confinement.

Elle devra donc bien préparer ses spectateurs à recevoir sa prestation : La charge émotive peut être beaucoup plus grande avec un petit public , fait valoir Mme Voyer-Léger.

Pour sa part, Caroline Yergeau ne se fait pas trop d’attentes. Elle prévoit même que sa pièce, qui devra être reprise au moins deux fois pour le bien de l’enregistrement vidéo, varie d’une représentation à l’autre. Et puisque les spectateurs n’assisteront qu’à une seule des propositions, ils n’auront qu’un avant-goût de la création finale, évoque-t-elle du même souffle.

À l’instar des motifs d’une courtepointe, elle croit que seuls ceux qui regarderont l’ensemble des neuf vidéos en ligne pourront réellement apprécier la perspective de Prologue(s).

C’est comme un cadavre exquis : chacun de nous prépare une petite oeuvre qui va faire partie d’une grande oeuvre et ça rend ça très intéressant , conclut Mme Yergeau.

Avec les informations de Mélanye Boissonnault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !