•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa finance moins de logements sociaux en Colombie-Britannique qu'en Ontario

La province de l'Ouest a reçu 0,5 % du montant de 1,46 milliard de dollars alloué dans les deux premières années de financement d'un fonds fédéral.

Un quartier résidentiel avec vue sur les montagnes.

La C.-B. a obtenu 0,5 % de la somme allouée dans le cadre du fonds national de co-investissement pour le logement depuis 2018.

Photo : Radio-Canada / Gian-Paolo Mendoza

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral finance considérablement moins de logements sociaux en Colombie-Britannique qu'en Ontario, selon des documents obtenus par une députée de Vancouver, ce qui remet en question le fonctionnement du Fonds national de co-investissement pour le logement.

Selon les informations obtenues par la députée fédérale néo-démocrate Jenny Kwan, seulement 2 projets sur un total de 23 ont été financés dans la province depuis 2018, ce qui équivaut à environ 0,5 % du montant de 1,46 milliard de dollars alloué dans le cadre des deux premières années du Fonds.

Ces deux projets ont permis la construction de 66 logements au coût d'un peu plus de 7 millions de dollars.

Au cours de la même période, en Ontario, 12 projets comptant près de 60 000 logements au coût de 1,4 milliard de dollars ont reçu l’aide de ce programme.

Ottawa montré du doigt

L'engagement du gouvernement fédéral de s'attaquer au manque de logements sociaux en Colombie-Britannique ne concorde pas avec ses actions, juge Mme Kwan.

Ce que ces données nous révèlent, c'est ce que nous savons déjà : la crise du logement en Colombie-Britannique n'obtient pas le genre d'aide dont nous avons besoin du gouvernement fédéral, dénonce-t-elle.

Un avis que partage la directrice de l'association britanno-colombienne du logement social, Jill Atkey. Si le fédéral n'a financé que 66 logements en trois ans, dit-elle, cela montre un manque de volonté d'aboutir à des constructions.

Du progrès à faire

Ottawa s'est engagé en 2017 à construire ou à rénover plus de 400 000 logements au pays sur 10 ans grâce à ce programme, qui nécessite aussi une contribution financière d'autres ordres de gouvernement.

En réponse aux critiques selon lesquelles la Colombie-Britannique n'obtient pas sa juste part, le bureau du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Ahmed Hussen, affirme faire des progrès.

Depuis 2017, près de 2,5 milliards de dollars ont été engagés financièrement dans le logement en Colombie-Britannique dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement, afin de créer ou de réparer 13 427 logements, a déclaré un porte-parole de Ahmed Hussen.

En juin, plus de 190 millions de dollars ont été engagés dans le cadre du fonds pour la création ou la réparation de 2420 logements en Colombie-Britannique, note son cabinet.

Par ailleurs, le bureau de M. Hussen dit chercher des moyens d'améliorer le processus d'admission pour le rendre plus efficace.

La ministre des Affaires municipales et du Logement, Selina Robinson, lors d'une conférence de presse.

La ministre provinciale des Affaires municipales et du Logement, Selina Robinson, est déçue par le manque d'engagement d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Déception à Victoria

La ministre provinciale des Affaires municipales et du Logement, Selina Robinson, souhaite que le gouvernement fédéral soit un partenaire plus actif dans ce dossier.

Il est décevant et franchement frustrant qu'à ce jour, le niveau de soutien fédéral pour répondre aux graves besoins de logement des habitants de la Colombie-Britannique n'ait pas répondu à nos attentes, écrit Mme Robinson dans un communiqué.

Il s'agit d'un défi national, et le relever exigera du gouvernement fédéral qu'il passe des déclarations faites dans le cadre de sa stratégie nationale du logement à de véritables engagements de financement sur le terrain, plaide-t-elle.

Avec les informations de Cory Correia et Benoît Ferradini

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !