•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui à la relance, mais pas à n'importe quel prix, dit Québec solidaire

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, suivis d'un homme non identifié, marchent et portent un masque.

Archives : Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire du deuxième groupe d’opposition, et Manon Massé, cheffe du deuxième groupe d’opposition, lors de la présentation du bilan de la session parlementaire de Québec solidaire à Québec, le 12 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

À une semaine de la rentrée parlementaire à l'Assemblée nationale, Québec solidaire (QS) se dit prêt à contribuer à la relance de l'économie, mais pose des conditions « non négociables » au gouvernement de François Legault.

Les porte-parole du deuxième groupe d'opposition, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont exposé ces conditions lors d'un point de presse à Wendake, mardi, en marge du caucus présessionnel de QS.

Les élus de QS disent qu'ils n'appuieront pas un projet de loi de relance économique qui prolongerait indûment l’état d’urgence sanitaire au Québec.

Selon QS, le défunt projet de loi 61 du gouvernement Legault créait des conditions favorables au retour de la corruption. La présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, doit déposer une nouvelle version de ce projet de loi à la reprise des travaux parlementaires.

De plus, les députés solidaires soutiennent que la relance économique ne doit pas se faire au détriment de la protection de l'environnement.

Par ailleurs, la liste des projets accélérés que dressera le gouvernement Legault doit tenir compte des gens qui ont mangé la claque pendant la première vague de la pandémie, dit Gabriel Nadeau-Dubois.

On est au milieu d'une des pires crises du logement des 20 dernières années, affirme le député de Gouin, qui dénonce que la CAQ n'ait construit que 2000 des 15 000 logements sociaux promis.

C'est rendu tellement grave qu'il y a des gens qui dorment dans des tentes à Montréal, a-t-il dénoncé, réclamant la mise en chantier rapide de milliers d'unités de logement social.

La semaine dernière, Québec solidaire avait tiré la sonnette d'alarme à ce sujet. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, réclame l'intervention urgente des gouvernements provincial et fédéral.

Québec solidaire a appelé, plus tôt cette semaine, le gouvernement de la CAQ à adopter un projet de loi distinct pour le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal.

QS formule ces demandes alors que la cote de popularité de François Legault et de son parti atteint des niveaux plus qu'enviables dans les sondages.

Massé souligne l'importance de l'opposition

Que la population soit derrière le chef de l'État durant une pandémie est compréhensible, affirme Manon Massé. Mais, rappelle-t-elle, le rôle des partis d'opposition demeure fondamental.

Les partis d'opposition lèvent le voile sur de possibles dérives du pouvoir, dit en substance la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques.

À cet égard, elle cite en exemple le projet de loi 61, qui instaurait l'absence de démocratie et des voies rapides en matière d'environnement, tout en donnant pleins pouvoirs ad vitam aeternam, au gouvernement sur fond de crise sanitaire.

Elle se félicite par ailleurs que son collègue Gabriel Nadeau-Dubois soit parvenu, la semaine passée, à arracher un amendement qui [...] va nous permettre d'offrir éventuellement l'assurance dentaire à l'ensemble des Québécois et des Québécoises.

Manon Massé salue le retour imminent des travaux à l'Assemblée nationale. Pendant trois mois vous aviez accès au premier ministre, a-t-elle dit aux journalistes, mais vous n'aviez pas accès à nous.

Il faut que l'Assemblée nationale siège et que le débat politique reprenne ses droits, renchérit Gabriel Nadeau Dubois. La démocratie ne doit pas être une des victimes de la pandémie.

L'importance des mesures sanitaires

Cette rentrée s'effectuera dans le respect de strictes mesures sanitaires. Gabriel Nadeau Dubois n'exclut pas, si cela devenait nécessaire, que l'Assemblée nationale siège en mode entièrement virtuel. Mais, pour le moment ce n'est pas nécessaire, dit-il.

Plusieurs ministres du gouvernement Legault ont dû être placés en isolement mardi, après avoir appris que la mairesse de Longueuil, qu'ils avaient côtoyée la semaine dernière, avait contracté la COVID-19.

À Québec solidaire, un seul employé de l'équipe a été atteint par le coronavirus et c'était durant les vacances de ce dernier, a précisé Mme Massé.

Cette dernière reproche au premier ministre Legault d'avoir créé au sein de la population un faux sentiment de sécurité.

C'est comme s'il induisait un faux sentiment de sécurité en nous disant : ''c'est dans les CHSLD que ça va pas bien, c'est là qu'est le problème''. Or, on le sait aujourd'hui : c'est partout.

Mme Massé affirme qu'aujourd'hui il y a du relâchement et on se retrouve à quelques heures d'une seconde vague.

La co-porte-parole de QS affirme que le gouvernement doit être transparent dans sa prise de décisions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !