•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chasseurs pourraient manquer de munitions cette année

Une femme habillée en tenue de camouflage tire un coup de sa carabine.

Sans qualifier le phénomène de pénurie, des propriétaires de magasin de chasse accusent des retards de livraison d'équipement.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Les chasseurs ontariens pourraient manquer de munitions cette année. Des propriétaires de magasins de chasse éprouvent des difficultés à renflouer leurs stocks en raison de la popularité des armes à feu aux États-Unis.

Walter Boeswald, gérant de Ramakko's Source for Adventure, à Sudbury, en Ontario, ne tire pas encore la sonnette d'alarme, mais conseille aux chasseurs de faire leurs provisions avant l’automne.

De l’équipement qui aurait dû être ici, en stock, il y a trois ou quatre mois, commence à peine à arriver. Et ça, c’est quand il arrive, dit-il.

Même si nous avons pu obtenir beaucoup matériel, il nous en manque encore une tonne.

Une citation de :Walter Boeswald, gérant de Ramakko's Source for Adventure, à Sudbury

Bien qu’il ne qualifierait pas le phénomène de pénurie, Walter Boeswald soutient que la chaîne d'approvisionnement au sud de la frontière est dans un petit pincement .

Des choses qui sont normalement partout en stock, comme, disons, un fusil de chasse, des munitions de sport ou quelque chose comme ça, je veux dire, vous ne pouvez pas en avoir en ce moment, affirme Walter Boeswald.

Il estime qu’avec la pandémie, les Ontariens se sont repliés vers la chasse, la pêche et le camping, puisqu’ils ne pouvaient plus voyager à l’international.

Mais il ajoute que les chasseurs, du moins dans la région de Sudbury, ne devraient pas trop s'inquiéter d'être laissés pour compte.

Le fait est que, même si nous avons fait des prévisions et augmenté les commandes, tout le monde l'a fait aussi [...] Mais je pense que, pour l'essentiel, tout va bien se passer, assure-t-il.

Walter Boeswald dans son magasin.

Walter Boeswald attend encore l'arrivée d'équipement pour la chasse à l'original.

Photo : CBC / Casey Stranges

Son de cloche similaire pour Reg Perry, propriétaire depuis plus de 30 ans du Perry's Great Northern Gun and Bow Shop, à Sault-Sainte-Marie, une municipalité au bord des lacs Huron et Supérieur.

Il y a eu un engouement énorme juste avant que tout soit fermé avec COVID-19. Et dès que nous avons pu nous remettre en route, la demande a été extrêmement forte.

Une citation de :Reg Perry, propriétaire du Perry's Great Northern Gun and Bow Shop

Reg Perry craint que la chaîne d’approvisionnement ne puisse pas soutenir les besoins des chasseurs du Nord de l'Ontario alors que l’intérêt pour les armes atteint de nouveaux sommets aux États-Unis. À chaque crise, [les américains] ont tendance à se constituer des stocks d'armes et de munitions, dit-il.

Les gens devraient donc acheter leurs munitions de chasse maintenant, partout où ils peuvent en trouver. Les prix ne vont certainement pas baisser et l'offre va se dégrader, soutient-il.

Les achats d’arme grimpent de près de 60 % aux États-Unis

Dans un rapport publié le 1er septembre, Small Arms Analytics and Forecasting, un groupe de recherche basé aux États-Unis, a déclaré que les ventes d'armes à feu américaines pour le mois d’août étaient de 57,8 % supérieures à celles de l’année précédente.

De plus, la valeur des ventes cumulées depuis le début de l'année dépasse maintenant l'ensemble des ventes de 2019.

Selon Timothy Lytton, professeur de droit à l'Université d'État de Georgie, beaucoup d’amateurs d'armes à feu se méfient du gouvernement et d’une augmentation potentielle du contrôle des armes à feu.

Ainsi, il estime que la possibilité de l’élection d’un gouvernement démocrate en novembre explique en partie l’appétit renouvelé des Américains pour les armes à feu.

Les amateurs d'armes à feu pensent souvent que la possession d'armes à feu privées - pas seulement une ou deux armes, mais vraiment la construction d'un arsenal - est nécessaire pour protéger la liberté d'une personne contre une sorte d’État trop gros, ou trop interventionniste.

Une citation de :Timothy Lytton, professeur de droit à l'Université d'État de Georgie
Photo de Timothy Lytton.

Timothy Lytton est également auteur de Suing the Gun Industry: A Battle at the Crossroads of Gun Control and Mass Tort.

Photo : Twitter/@GeorgiaStateLaw

Le professeur attribue également la hausse de la demande d’armes à feu aux États-Unis à un tout autre type de client : les nouveaux propriétaires d’armes à feu.

Il y a un certain nombre de personnes qui, à mon avis, sont de plus en plus nerveuses que les services essentiels, comme les pompiers, les sauveteurs et les premiers intervenants, soient débordés en raison de la pandémie et qu'ils ne soient pas disponibles pour répondre aux gens s'il y avait un besoin de protection, dit Timothy Lytton.

Ces craintes les poussent à acheter des armes à feu pour la première fois, selon lui.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !