•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie du tourisme en C.-B. confrontée à d'importantes pertes de revenus

Des passagers sont sur le pont d'un traversier qui se dirige vers l'île Bowen.

Des passagers à bord d'un traversier à destination de l'île Bowen, en Colombie-Britannique

Photo : Philippe Moulier/Radio-Canada

Philippe Moulier

Avec l’été qui prend fin, l’industrie du tourisme de la Colombie-Britannique essaie de panser ses plaies devant des pertes considérables provoquées par la pandémie et la fermeture des frontières.

Le président de Tourism Vancouver, Royce Chwin, estime que 98 % des membres de l’organisme ont subi des pertes de revenu d'au moins 50 % durant les premiers six mois de l’année. L’absence de vols en provenance des États-Unis et de l’étranger a fortement aggravé la situation.

Nos ventes ont baissé. Nous limitons à quatre le nombre de clients dans le magasin. En temps normal, ce serait bondé, se désole par exemple Kanna Martin, du magasin Whistler Hat Gallery.

En 2018, l’industrie du tourisme avait généré 20,5 milliards de dollars de revenus en Colombie-Britannique et contribué à la création de 161 500 emplois, selon M. Chwin. Aujourd’hui, des entreprises tentent de s'adapter à la situation, mais certaines sont sur le point de disparaître.

Le PDG de Destination Greater Victoria, Paul Nursey, précise que 66 % de ses membres sont dans l’incapacité de régler leurs factures et qu’ils risquent de faire faillite au cours de l’hiver.

Pour Victoria, c’est un désastre.

Paul Nursey, PDG de Destination Greater Victoria

Certains acteurs de l’industrie avaient espéré que le tourisme local aurait aidé à réduire les pertes de revenus, mais selon Royce Chwin, la plupart des vacanciers sont allés sur l’île de Vancouver ou dans l’intérieur de la province plutôt que de dépenser leur argent en ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !