•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Artistes et admirateurs saluent la mémoire de Lucille Starr

Lucille Starr qui tient une guitare.

La chanteuse franco-manitobaine Lucille Starr, née Lucille Raymonde Marie Savoie, est née dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg.

Photo : ManitobaMusicMuseum.com

Personnalités du monde de la musique, admirateurs, amis... Les réactions en hommage à la chanteuse Lucille Starr se succèdent après l’annonce de son décès, à l'âge de 82 ans, des suites d’une longue maladie.

Pour la chanteuse franco-manitobaine Jocelyne Baribeau, le titre phare de Lucille Starr Quand le soleil dit bonjour aux montagnes évoque des souvenirs d’enfance. Elle se souvient de sa grand-mère, qui lui chantait le morceau, et dit avoir beaucoup, beaucoup appris à son sujet durant les dernières années. Elle a même consacré une chanson intitulée Lucille Starr, en hommage à celle qui a été la première chanteuse country du Canada à avoir vendu plus d’un million de disques, mais aussi la toute première Canadienne à avoir donné un concert sur la scène légendaire du Grand Ole Opry, à Nashville.

Johanne Dumas, qui est la directrice générale de la Société francophone de Maillardville, en Colombie-Britannique (où a grandi Lucille Starr), se souvient d’une femme très souriante et coquette malgré le poids des années. Elle garde aussi un souvenir heureux de l’artiste lors des célébrations du centenaire de Maillardville, en 2009. Lucille Starr avait alors clos le spectacle en interprétant Quand le soleil dit bonjour aux montagnes, à la grande surprise des quelque 500 personnes présentes à l’événement.

Ça a été un moment bien spécial; je peux vous dire que beaucoup de larmes ont coulé, ce soir-là. C’était un moment très spécial.

Johanne Dumas, directrice générale de la Société francophone de Maillardville

Cette chanson évoque aussi des souvenirs de famille pour Johanne Dumas, et plus précisément des veilles du jour de l'An durant lesquelles les paroles de la chanson étaient entonnées.

Elle rappelle également que ce titre a été inspiré par ses moments à Maillardville et les montagnes du Grand Vancouver.

Un musicien qui a joué avec Lucille Starr dans sa jeunesse, Jean Lambert, se souvient aussi de cette prestation au centenaire de Maillardville, à laquelle il a assisté. Il garde le souvenir d'une bonne personne.

Un héritage pour la francophonie

Yvette Cenerini, qui est une artiste visuelle winnipégoise, ressent une petite marque de tristesse après la mort de Lucille Starr. Elle retient le bilinguisme de l’œuvre de la chanteuse née dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg, une caractéristique grâce à laquelle elle pouvait [s']identifier aux chansons, qui comprenaient un peu d’anglais et un peu de français.

Je connais par cœur ses chansons; ça a toujours fait partie de mon être, on dirait.

Yvette Cenerini, artiste visuelle winnipégoise

En 1964, Lucille Starr a enregistré sa version bilingue de la chanson Quand le soleil dit bonjour aux montagnes, qui est devenu un immense succès et est apparu pendant de nombreuses semaines au palmarès Billboard, aux États-Unis. Puisque la chanson était destinée à un marché anglophone, le titre a ensuite été changé, pour devenir The French Song.

La directrice générale de Francofonds et admiratrice de Lucille Starr, Madeleine Arbez, considère son héritage comme faisant partie du patrimoine de l’identité francophone. C’était une femme qui avait une grande renommée, alors c’est important de la célébrer et de reconnaître sa contribution, dit-elle.

Ce sont des chants que j’ai chantés à ma petite fille de 14 mois, parce que je voulais qu’elle reconnaisse la musique de la francophonie

Madeleine Arbez, directrice générale de Francofonds et admiratrice de Lucille Starr

Sur son compte Twitter, la sénatrice du Manitoba Raymonde Gagné a rendu hommage à l’artiste en évoquant une Franco-Manitobaine [qui] a séduit le monde.

Avec les informations de Zoé Le Gallic-Massie, Catherine Logan et Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !