•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrôler les insectes dans votre jardin, c'est possible... avec des poules

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une poule blanche à crête blanche explore une pelouse verte.

Les poules de Hooligan Hens peuvent nettoyer un jardin en à peine une heure et demie.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Audrey Neveu

Saviez-vous que vous pouviez maintenant faire appel à des poules plutôt qu’à un exterminateur d'insectes? Cette méthode naturelle de contrôle des espèces nuisibles est née d’un projet personnel d'Arielle Muriel-Pagart qui est devenu une véritable entreprise pendant la pandémie.

Avec leurs plumes blanches soyeuses qui recouvrent l'ensemble de leur corps, et même leur tête, les poules d’Arielle Muriel-Pagart font fureur. Relâchées dans le jardin de la famille Appleby-Sweet par un dimanche matin ensoleillé, elles s’en donnent à cœur joie devant le buffet de limaces que leur offre le jardin.

Les limaces, c’est leurs insectes préférés! explique Arielle dans un éclat de rire. Les limaces sont un vrai fléau à Calgary cette année, alors les gens m’appellent beaucoup pour ça. Mais les poules mangent de tout : des chenilles, des pucerons, des dendroctones, des fourmis... N’importe quel insecte qu’elles voient, elles vont le manger.

Une demi-douzaine de poules blanches picorent un jardin.

Avides d'insectes, les poules peuvent nettoyer votre jardin en environ une heure et demie.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

À l’origine, les 25 poules d’Arielle ne constituaient qu’un projet qu’elle avait conçu pour divertir ses filles pendant la pandémie, sur son terrain, juste à l’extérieur de Calgary.

Je me vantais sur un groupe Facebook de jardinage que mon jardin va beaucoup mieux cette année grâce aux poules, et plusieurs personnes m’ont dit qu’elles adoreraient que j’amène mes poules dans leur jardin et qu’elles me paieraient pour cela, raconte-t-elle.

Après qu’une dixième personne m’eut dit ça, je me suis dit que je devrais peut-être le considérer. C’est comme ça que j’ai créé l’entreprise Hooligan Hens, continue-t-elle.

Une femme parle au micro en tenant une poule blanche dans les mains.

Arielle Muriel-Pagart a élevé ses poules à la main pour les rendre douces avec les enfants.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Peu importe la taille du jardin, Arielle demande 35 $ pour une visite d’une heure et demie, puis 25 $ pour la deuxième. Je ne cherche pas à faire beaucoup d’argent avec ça. Honnêtement, je veux juste couvrir mes frais, affirme la nouvelle entrepreneure.

Son service est très prisé, notamment parce que la Ville de Calgary n’autorise pas ses citoyens à garder des poules sur leur terrain la nuit.

Des animaux thérapeutiques

Notre famille adore les poules, avoue sans ambages Carolyn Sweet en observant les oiseaux picorer sa pelouse. Évidemment on les aime pour le contrôle des insectes, mais on les trouve tellement apaisantes…

À ses côtés, ses filles Marion et Bronwyn caressent chacune une poule assoupie dans leurs bras. J’adore ça, surtout les poules blanches soyeuses. Elles sont trop mignonnes, sauf quand elles pensent que vos orteils sont de la nourriture, raconte la benjamine, Bronwyn.

Si tu ne veux pas te faire picorer les orteils, il faut mettre des souliers fermés! réplique sa mère en riant.

Un homme, une femme et leurs deux filles sont assis sur leur perron, tenant chacun une poule dans leurs mains.

La famille Appleby-Sweet a tellement aimé sa première expérience avec les poules de Hooligan Hens qu'elle les a fait revenir.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

C'est ce genre de commentaires qui motive Arielle à continuer l'aventure des poules exterminatrices.

C’est tellement plaisant. J’ai vraiment apprécié apporter de la joie aux autres avec ces poules et les regarder interagir ensemble, raconte Arielle en les observant.

Je crois que ça brise beaucoup la monotonie du quotidien, surtout par une année comme celle que nous vivons, durant laquelle tout le monde a besoin d’un sourire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !