•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un FME peu rentable, mais bénéfique pour les passionnés de musique

Un homme chante au micro sur une scène en soirée.

Le rappeur Eman en prestation au Festival de musique émergente

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjarins

Radio-Canada

Le 18e Festival de musique émergente, FME, s’est terminé sous les nuages samedi soir à Rouyn-Noranda. Les festivaliers ont pu découvrir des artistes lors de concerts plus intimes qu’à l’habitude et les 32 artistes ont pu reconnecter avec le public.

Pour Jenny Thibault, cofondatrice du FME, les festivaliers ont bien suivi les consignes mises en place pour éviter la propagation de la COVID-19, grâce aussi au travail des nombreux bénévoles.

Près de 3 000 entrées ont été comptabilisées. C’est environ 10 % des chiffres des dernières années. Diverses options seront étudiées pour l’an prochain. C’est sûr que ce n’est pas l’édition la plus rentable, mais on a quand même fait très attention à respecter notre budget. On a peu de revenus autonomes qui ont été engendrés étant donné que les capacités de salles étaient très réduites , soutient la cofondatrice du festival qui suivra l’évolution de la pandémie.

Les 5 membres de la formation jouent de la musique sur une scène extérieure et un ciel ensoleillé.

Le groupe Clay and Friends a réuni les familles samedi en après-midi.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Elle soutient que l’organisation a découvert de nouveaux sites puisqu’ils cherchaient des endroits extérieurs et isolés pour éviter les rassemblements. On a testé plusieurs concepts, dit-elle. On a été précurseurs aussi au niveau de comment on organise un festival en temps de pandémie. Je pense que somme toute ça a bien été, mais c’est sûr que ce n’est pas un modèle d’affaires viable.

Des personnes sont séparées en petits groupes par des barrières de métal. Ils écoutent un artiste en prestation sur une scène extérieure.

Les organisateurs ont dû faire preuve de créativité pour faire respecter les mesures de distanciation physique.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Parmi les changements, les festivaliers ont particulièrement remarqué les barrières mises en place sur le site de la plage Kiwanis pour séparer les familles. Dans certains lieux c’était juste des "x" posés sur le sol ou des structures auxquels les gens pouvaient se greffer autour par bulle. Sur le plus grand site au Kiwanis, on a fait des enclos. Les gens ont été inventifs et ont amené de la décoration pour décorer leur enclos, de petites lumières et tout ça , raconte Jenny Thibault.

La chanteuse est en prestation à l'extérieur avec un autre musicien.

Du 3 au 5 septembre, 45 prestations étaient présentées dans 13 lieux différents. Maude Audet se trouvait au Club de golf Noranda.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Météo peu favorable

La pluie et les orages ont aussi donné du fil à retordre. Jeudi à l’ouverture on a dû arrêter le concert parce qu’il y avait des éclairs, mais on a pu tenir le 2e spectacle à 22 heures après avoir épongé et nettoyé la scène , raconte-t-elle. Le spectacle de Mirabelle Music prévu à la presqu’île du lac Osisko a aussi été déplacé dans une salle.

Des gens avec parapluies et imperméables quittent le site d'un festival.

L'orage a forcé l'évacuation du site de la plage Kiwanis jeudi.

Photo : Radio-Canada / Félix B. Desfossés

Rayonnement à l'international

Des professionnels en Europe comme des directeurs de festivals ou des diffuseurs de salles de spectacle n’ont pas pu se déplacer cette année pour sélectionner des artistes québécois. On a fait 4 captations de prestations en formats 360 et ils vont être diffusés pour nos pros internationaux cette semaine , assure Jenny Thibault.

Se retrouver entre amis pour écouter un spectacle a été magique pour Jenny Thibault. La prestation de Backxwash et la douceur d’Aliocha font partie de ses coups de coeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !