•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand jury se penchera sur l'affaire Daniel Prude

Letitia James pendant un point de presse.

La procureure générale de l'État de New York, Letitia James

Photo : Associated Press / Kathy Willens

Radio-Canada

La procureure générale de l’État de New York a annoncé samedi la constitution d’un grand jury pour enquêter sur la mort de Daniel Prude, un homme noir qui a perdu la vie après avoir été cagoulé et retenu sur le sol par des agents de la police de Rochester plus tôt cette année.

Un grand jury a le pouvoir de décider si des accusations criminelles doivent être portées contre un individu. La procureure générale a indiqué que le grand jury allait faire partie d’une enquête exhaustive.

La famille Prude et la communauté de Rochester ont traversé de grandes souffrances et angoisses, a dit la procureure générale Letitia James dans une déclaration à propos de la mort de Daniel Prude.

M. Prude est mort en mars à la suite d'une intervention policière musclée. C'est son frère qui avait appelé la police à cause de son comportement jugé erratique.

Des protestations nocturnes et des appels à des réformes fusent dans la troisième plus grosse ville de l’État depuis que la vidéo de l’intervention policière a été rendue publique en début de semaine.

Les manifestants réclament davantage d’imputabilité des autorités sur la façon dont s’est déroulée l’intervention, de même qu'un amendement de la législation pour changer la manière dont les représentants des forces de l'ordre agissent lors de crises liées à des problèmes de santé mentale. Une autre manifestation était prévue samedi dans la rue où M. Prude a été détenu par les policiers.

Les partisans d'une telle législation considèrent que les actions posées par les policiers et la mort de Daniel Prude démontrent à quel point la police est mal équipée pour intervenir auprès de personnes souffrant de problèmes mentaux. Ils citent en exemple l’agent qui a couvert la tête de la victime d’une cagoule anti-crachats.

Les sept agents qui ont participé à l'intervention ont été suspendus par la mairesse Lovely Warren dans l'attente de la fin d'une enquête sur leur rôle dans la mort de la victime.

Lovely Warren parle dans un micro.

Lovely Warren est la mairesse de Rochester.

Photo : Reuters / LINDSAY DEDARIO

Un appel à l'aide

L’organisation The National Alliance on Mental Illness estime que l’intervention de la police dans de tels cas est une catastrophe qui ne demande qu'à arriver, a-t-elle déclaré vendredi.

La mort de Daniel Prude est une autre tragédie poignante, mais une histoire qui ne nous est pas inconnue. Les personnes en crise ont besoin d’aide, pas de menottes, a ajouté le groupe de défense.

Stanley Martin, membre de l’organisation Free the People Rochester, a déclaré aux médias : Nous n’avons pas besoin de travailleurs violents et armés pour répondre aux crises de santé mentale.

Depuis que la famille de la victime a rendu la vidéo de son interpellation publique mercredi, vidéo captée par les caméras corporelles des policiers, des manifestants défilent chaque nuit le long du lac Ontario dans la ville de 210 000 habitants.

Des gens marchent dans la rue.

La mort de Daniel Prude a déclenché une série de manifestations nocturnes dans les rues de Rochester, dans l'État de New York.

Photo : Associated Press / Adrian Kraus

Vendredi soir, la manifestation s’est soldée par 11 arrestations, a indiqué la police de Rochester. Comme ils l’ont fait la veille, les agents ont aspergé les protestataires devant le quartier général de la police avec un vaporisateur chimique pour les éloigner des barrières qui entourent le bâtiment.

Plus tard dans la nuit, les manifestants ont été repoussés plus loin quand la police a tiré ce qui semble être des cartouches contenant du poivre irritant. Des feux d’artifice ont été allumés et un abri d’autobus a été incendié.

Vous essayez de me tuer

La famille Prude a affirmé que Daniel semblait entrer dans une crise qui empirait dans les heures avant que la police n'intervienne, le projetant nu face contre l’asphalte et lui passant les menottes.

Dans la vidéo, on peut voir la police lui mettre une cagoule blanche anti-crachats destinée à protéger les policiers contre les fluides corporels.

Vous essayez de me tuer, dit l’homme de 41 ans dans l’enregistrement. Il est décédé quelques jours après son interpellation.

Un policier place une cagoule sur la tête de Daniel Prude, assis nu dans une rue, la nuit; trois autres policiers observent la scène.

Les images de l'arrestation de Daniel Prude filmées par la caméra d'un policier ont été diffusées pour la première fois mercredi.

Photo : La Presse canadienne / AP

Un médecin légiste a conclu que la mort de M. Prude était un homicide provoqué par des complications liées à l'asphyxie dans un contexte de contraintes physiques.

Le rapport du légiste évoque également un état de délire important, ainsi qu'une grave intoxication au PCP, une puissante drogue, entre autres facteurs aggravants.

Le président du syndicat des policiers de Rochester, dans l'État de New York, a défendu vendredi ses hommes impliqués dans la mort par suffocation de Daniel Prude, lors d'une arrestation musclée.

Michael Mazzeo a ainsi soutenu que les agents impliqués dans l'interpellation mortelle ne faisaient que suivre leur formation lorsqu'ils ont placé un sac sur la tête de M. Prude et l'ont plaqué au sol pendant deux minutes avant de constater qu'il ne respirait plus.

Des techniciens ambulanciers paramédicaux ont alors entamé des manœuvres de réanimation.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !