•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le virage numérique accéléré dans les écoles et ses défis

Des ordinateurs sur une table.

Le reportage de Marie-Pier Bouchard

Photo : Radio-Canada / Vincent Cantin

Des milliers d'élèves au Québec se retrouvent soudainement avec un appareil électronique de l'école entre les mains au cas où il y aurait un autre confinement pendant l'année scolaire. Un virage numérique accéléré qui offre de nombreuses possibilités, mais qui représente aussi un grand défi.

Grâce à l’achat de 3000 nouveaux Chromebook, tous les élèves des écoles secondaires du Centre de services scolaires (CSS) des Découvreurs à Québec auront leur propre ordinateur cette année.

C'est une décision qu'on aurait probablement prise au cours des prochaines années, mais avec le contexte actuel, la pandémie, ça devenait incontournable de le faire maintenant, explique David Martel, directeur adjoint de l’école secondaire de Rochebelle.

Un homme debout dans un corridor.

David Martel, directeur adjoint de l'École secondaire de Rochebelle

Photo : Radio-Canada

Les jeunes pourront non seulement poursuivre leur apprentissage à distance au besoin, mais cet achat vient aussi régler un enjeu de disponibilité. Maintenant, avec un appareil par élève, on va pouvoir aller encore plus loin et l’élève va pouvoir le ramener le soir à la maison, précise M. Martel.

On va pouvoir développer des compétences qui étaient difficilement développables auparavant. Par exemple, tout ce qui est la gestion d'un agenda, la gestion de son calendrier, des rappels.

Une citation de :David Martel, directeur adjoint, École secondaire de Rochebelle

En mai dernier, Québec a débloqué 150 millions de dollars afin de permettre aux écoles d’acheter tous les appareils numériques nécessaires pour assurer la poursuite des apprentissages des élèves s'il y avait un autre confinement.

En tout, pour la grande région de Québec, les cinq principaux centres de services scolaires ont fait l’acquisition de 33 264 appareils électroniques pour un total de 13,8 millions de dollars.

Différents appareils ont été achetés pour les élèves du primaire, du secondaire et de la formation professionnelle : des ordinateurs portables, des tablettes, mais surtout des Chromebook.

Le Chromebook est un produit qui vient avec l’écosystème Chrome OS, le système d'exploitation conçu par Google, explique Jonathan Parent, spécialiste en technologies. On a un ordinateur finalement qui est une espèce de grande tablette avec un clavier. Comme un ordinateur portable.

Un homme devant une porte.

Jonathan Parent, spécialiste en technologies

Photo : Radio-Canada

Sachant que le modèle choisi par les écoles coûte environ 300 $, il estime que le Chromebook représente un très bon rapport qualité-prix pour l’utilisation que les élèves vont en faire.

Si on regarde par exemple le coût d'un appareil MacBook, qui va flirter avec les 2000 $, on peut acheter plusieurs Chromebook sur la durée de vie d'un appareil, constate Jonathan Parent.

L’équilibre

Malgré tous les avantages, l’équilibre va être nécessaire, lance David Martel, entre l’ordinateur et les supports plus traditionnels.

S'ils sont toute la journée là-dessus et que le soir, à la maison, ils jouent à des jeux, il va falloir faire attention à ça, dit-il.

En plus des abonnements numériques, l'École secondaire de Rochebelle a aussi conservé les cahiers d’exercices papier afin que les enseignants puissent alterner.

Préparation et encadrement

Ce virage numérique n’est pas une mauvaise chose, selon Thérèse Laferrière, professeure à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval.

Par contre, dans le contexte où il est précipité, elle explique qu’il faut d’abord que l'élève apprenne à l'utiliser l'ordinateur qu'on va lui fournir afin qu’il puisse réellement poursuivre ses apprentissages une fois qu’il se retrouve à la maison.

C'est un peu comme si l'environnement d'apprentissage de la classe s'étend, il se prolonge jusque dans la maison. C'est important que les parents soient là.

Une citation de :Thérèse Laferrière, professeure à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval
Une femme devant une bibliothèque.

Thérèse Laferrière, professeure à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval

Photo : Radio-Canada

La professeure Laferrière mentionne qu’il faut notamment s’assurer que l’élève ait accès à une connexion Internet et bénéficie de l’encadrement nécessaire à la maison.

Elle considère que le virage numérique ouvre la porte à de grandes possibilités, ayant été témoin de différents projets dans lesquels des membres de la famille se sont impliqués. Mais tout ça doit être rodé avant de quitter l'école, insiste-t-elle.

Mais ce qui va compter beaucoup, c'est maintenir le contact avec l'élève, peu importe si c'est avec un écran ou si c'est autrement, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !