•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Le PLQ en panne sèche

Dominique Anglade.

Entrée en poste après une défaite historique de son parti, la nouvelle cheffe du PLQ Dominique Anglade devra reconstruire l'image du PLQ.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

On dit parfois que la politique, c’est comme les histoires de cœur et que le pire châtiment, c’est l’indifférence. Le Parti libéral du Québec, qui a connu le meilleur, y goûte. Ses intentions de vote sont sous les 20 % et les francophones l’ont littéralement déserté.

Déclencher une nouvelle « opération séduction » s'inscrit ainsi certainement dans le mandat de la cheffe Dominique Anglade, mais cela ne se fera pas sans résistance.

Coincée entre un parti sans vision et un caucus dysfonctionnel, Dominique Anglade doit aussi manœuvrer avec les bonzes du parti, qui la considèrent surtout comme un chef de transition.

Dans les rangs libéraux, les attentes sont au plus bas. Plusieurs pensent que la CAQ de François Legault est, à court terme, imbattable.

Pourquoi voter pour Dominique Anglade? demande un ancien stratège libéral, qu’a-t-elle à offrir? Le parti s’est fait chiper sa marque de commerce économique et l’étiquette nationaliste de la CAQ fait mouche.

L’issue du caucus de la rentrée libérale, vendredi, était en ce sens révélatrice. Pressée de dépeindre son adversaire, la cheffe Anglade a qualifié le gouvernement Legault de conservateur d’une autre époque.

Nous, au PLQ, avons des propositions, a-t-elle ajouté. Nous sommes modernes et progressistes. Mais l’attaque n’a pas semblé toucher sa cible, le point de presse a duré à peine 15 minutes et ni RDI, ni LCN n’en ont parlé. François Legault est définitivement seul sur la patinoire politique.

Un caucus indiscipliné

On ne peut pas dire qu’il y ait cohésion au sein du caucus libéral depuis la dernière élection, il y a deux ans. Il faut savoir que sur les 27 députés qui entourent Dominique Anglade, 11 ont déjà été ministres dans les gouvernements de Jean Charest ou de Philippe Couillard. Non seulement la défaite reste douloureuse pour eux, mais se retrouver dans l’opposition n’est pas particulièrement motivant.

En coulisses, on laisse entendre que Pierre Arcand, Kathleen Weil, Nicole Ménard, Christine St-Pierre et possiblement Carlos Leitao ne se représenteront pas en 2022. Les noms de Gaétan Barrette, Hélène David et Francine Charbonneau circulent aussi. Comme l’explique un attaché politique, une bonne dizaine d’élus n’ont pas le couteau entre les dents et attendent tranquillement la fin du mandat pour toucher leur indemnité de transition.

Pour ceux qui veulent rester, des ponts sont à rétablir. On dit que les relations entre la cheffe Anglade et la députée vedette Marwah Rizqy sont encore tendues.

D’autres députés manquent d’assiduité, arrivent au caucus matinal cernés ou n’en font qu’à leur tête. Dominique Anglade devra imposer son leadership : c’est elle qui dirige, affirme une députée libérale. Puisque des châteaux forts libéraux seront disponibles, son premier test sera de recruter, d’ici 2022, un conseil des ministres en attente.

Vers 2022

La pandémie complique les choses pour les partis d’opposition. Occuper l’espace demande du doigté. Ce n’est d’ailleurs pas le temps pour eux de brûler leurs munitions, explique un ancien ministre libéral; c’est le temps de se préparer pour l’après-crise sanitaire qui fera sans doute place à une crise économique.

C’est à ce moment que les libéraux espèrent se démarquer. D’ici là, selon sa garde rapprochée, il faut définir l’adversaire caquiste, identifier ses maillons faibles et trouver son talon d’Achille. Surtout, mieux faire connaître la cheffe Anglade que les caquistes définissent comme hautaine et froide.

Les libéraux sont toutefois lucides. L’élection de 2022 sera difficile, mais comme l’explique un conseiller de Mme Anglade : Si la réélection de la CAQ demande plus d’effort qu’attendu, j’aurai gagné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !