•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conversion de l’ancien Lycée du Saguenay : un défi colossal

L'ancien Lycée du Saguenay vu de l'extérieur.

L'ancienne école privée Le Lycée du Saguenay, propriété de la communauté des soeurs du Bon-Conseil, a été lorgné par la Ville, qui souhaitait y installer des organismes culturels. Les coûts se sont toutefois avérés trop élevés.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

La conversion du bâtiment qui abritait autrefois l’école privée le Lycée du Saguenay, à Chicoutimi, pourrait s’avérer un défi colossal.

L’immeuble appartenant à la congrégation des sœurs du Bon-Conseil, où l'on peut profiter d'une vue imprenable sur la rivière Saguenay, fait l’objet d’une promesse d’achat déposée par une entreprise privée. Pour que l’acquisition en vaille la chandelle, les promoteurs ont cependant besoin de dénicher des locataires. Il s’agit d’un véritable tour de force en raison des coûts de mise aux normes élevés du bâtiment et de leur impact sur le prix des loyers.

Des organismes disent non

Après avoir mené une analyse approfondie par l’entremise de son service des immeubles, la Ville a décidé de ne pas y déménager ses organismes culturels. Voilà qu’un autre projet impliquant cette fois la location d’espaces à la Maison pour sans-abri de Chicoutimi et à la branche régionale de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) a du plomb dans l’aile, a appris Radio-Canada.

À la lumière d’un document sommaire et préliminaire faisant la nomenclature des travaux requis pour la mise aux normes de l’édifice dans le respect des exigences du Code national du bâtiment (CNB), les coûts atteindraient plusieurs millions de dollars. L’ancienne école secondaire, adjacente au monastère des religieuses, présente des particularités architecturales qui nécessitent que des correctifs majeurs soient apportés.

Désamiantage, gicleurs et sorties de secours

Le désamiantage des murs et des plafonds, l’ajout d’issues de secours, la modification de l’entrée principale, l’installation de gicleurs, la mise sous pression de cages d’escalier et autres travaux majeurs nécessiteraient des investissements de 175 $ à 200 $ du pied carré, peut-on lire dans le document d’analyse. L’immeuble, construit avant les années 50, a une superficie totale de 38 360 pieds carrés. C’est donc dire qu’entre 6,7 millions et 7,6 millions de dollars sont requis simplement pour la mise aux normes.

Le couvent des Soeurs du Bon-Conseil

L'ancien Lycée est connexe au couvent des soeurs du Bon-Conseil. L'immeuble offre une vue imprenable sur le Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

On ignore la teneur de la promesse d’achat. La Congrégation des sœurs du Bon-Conseil invoque le caractère confidentiel du dossier. Selon François Jeanrie, directeur de la gestion administrative de la communauté religieuse, la proposition a été déposée au cours des derniers mois et l’acheteur est  sérieux . La transaction serait au stade de la division cadastrale par un notaire, un processus long et complexe, a signifié le directeur.

Centre de crise

L’analyse préliminaire préparée par la firme d’architectes Ardoises a été spécifiquement réalisée avec, en tête, l’intégration d’Hébergement plus, une filiale de l’Office municipal d’habitation Saguenay-Le-Fjord, qui accompagne la Maison des sans-abri dans sa recherche de nouveaux locaux. L’ACSM et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) étaient aussi ciblés.

À la Maison des sans-abri, le directeur général, Michel Saint-Gelais, a indiqué qu’il était au courant de démarches « faites cet été » par des partenaires au nom de son organisme. Il n’a pas voulu commenter le dossier dans le détail, mais a laissé entendre qu’on lui avait signifié que le projet du Lycée a été abandonné.

Pour ce qui est du CIUSSS, la porte-parole Amélie Gourde a fait savoir que l’ancienne école privée a été considérée comme une option au début de la pandémie de COVID-19 pour l’implantation d’un centre de crise temporaire, si le besoin se présentait. Cette situation ne s’est cependant pas produite.

Selon nos informations, l’acheteur pressenti est une figure connue du domaine immobilier et possède plusieurs logements dans la région. Nous n’avons pas été en mesure de le joindre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !