•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vols Saguenay-Montréal : trop peu, trop chers

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les couloirs d'attente menant aux comptoirs d'enregistrement d'Air Canada sont vides.

Le reportage de Gilles Munger.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Le nouvel horaire proposé par Air Canada pour desservir les régions soulève du mécontentement au Saguenay. Avec à peine quatre vols aller-retour par semaine à des prix élevés, plusieurs intervenants de la région croient que l’entrée en scène d’un concurrent provincial est plus que jamais souhaitable.

Propriétaire de Voyages Nouvelle Escale, Ginette Côté est d’avis que la compagnie aérienne ne répond pas aux besoins de la clientèle d'affaires.

Si vous avez une réunion à Montréal, vous ne pourrez pas la faire aller-retour dans la même journée.

Ginette Côté, propriétaire, Voyages Nouvelle Escale

Avant la pandémie de COVID-19, Air Canada offrait trois ou quatre vols par jour. L'offre actuellement restreinte, considérée comme inadéquate, donne de l’aplomb au projet de mise en place d’une coopérative concurrente.

Si tu voles le mercredi, tu reviens le vendredi. Tu es là deux jours. Est-ce adapté? On peut se questionner là-dessus, soulève l’homme d’affaires Éric Larouche, promoteur de la Coopérative TREQ. L’organisme vient d'ailleurs de franchir une étape importante en vue de son incorporation et promet de garder le cap pour desservir les régions.

Ginette Côté en a contre l’explosion des coûts, lesquels oscillent autour de 800 $ du billet d’avion, si l’on inclut les taxes.

C’est quand même dispendieux, en plus de la nuit d'hôtel, le transfert à Montréal et le taxi ou la location de voiture, calcule la femme d’affaires.

Des restrictions, dit Air Canada

Air Canada explique que les restrictions sanitaires en vigueur ont une incidence considérable sur le nombre de passagers pouvant prendre place à bord, ce qui empêche l'offre de vols quotidiens.

Le milieu économique espère un retour rapide à un nombre de vols adéquat pour que les entreprises ne fassent pas les frais d’un horaire inadapté à leurs besoins.

On espère que la fréquence soit augmentée, mais il faut que les gens d'affaires soient au rendez-vous pour ces quatre fréquences là et qu'on puisse revenir à la normale avec un, deux ou trois vols par jour, pointe la directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Sandra Rossignol.

Les élus croient que le groupe de travail mis sur pied par Québec pour développer une meilleure stratégie de transport aérien a plus que jamais sa raison d’être.

On n'a pas à aller bien loin pour voir que ça procède complètement autrement. Chez notre voisin, l’Ontario, les billets sont beaucoup moins chers, fait valoir la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !