•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première moitié d’année spectaculaire pour la construction résidentielle

Un travailleur debout sur la structure d'une maison en construction.

La pandémie n'a pas ralenti les constructions résidentielles en Abitibi-Témiscamingue. (archives)

Photo : CBC

L’industrie de la construction résidentielle en Abitibi-Témiscamingue a connu une première moitié d’année exceptionnelle. En la comparant aux six premiers mois de l’année 2019, les mises en chantiers résidentielles ont augmenté de 132 % dans la région.

Dans la région, 68 maisons unifamiliales ont été mises en chantier entre janvier et juin 2020, une hausse de 26 %.

L’augmentation spectaculaire se situe cependant dans les mises en chantiers des immeubles résidentiels. On en compte 82, soit près de six fois plus que la même période en 2019.

Le directeur du service économique de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec, Paul Cardinal, s’est dit agréablement surpris de ces résultats, spécialement avec le contexte que l’on connaît.

En réalité, ce sont des résultats de cinq mois. Il y a eu un mois complet sans aucun démarrage de chantier, donc ça donne de bons résultats, souligne-t-il.

Une bonne année

Le propriétaire de Constructions Trait-Carré, Pierre Salois, indique que son chiffre d’affaires, pour 2020, devrait être similaire à 2019.

Quant à 2021, il ne s’attend pas à ce que ça ralentisse de sitôt, malgré la hausse du prix du bois.

Les taux d’intérêt ont beaucoup descendu et l’économie à Rouyn-Noranda roule très bien et ça semble même accélérer, donc je pense que la construction résidentielle fonctionnera aussi bien l’an prochain, pronostique-t-il.

Le propriétaire de Maison Champoux, Philippe Duguay, dont l’entreprise dessert l’ensemble de la région et le Nord-Est ontarien, ne s’attend pas à ce que les acheteurs soient freinés par les prix.

Il ignore où s’arrêtera la hausse de prix, mais il affirme que les besoins de maisons ne cesseront pas du jour au lendemain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !