•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec compte 184 nouveaux cas confirmés de coronavirus

Gros plan sur des mains gantées qui tiennent du matériel médical.

On recense 102 personnes hospitalisées, soit deux de plus que la veille.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Le Québec compte 184 nouveaux cas confirmés de coronavirus, ce qui porte le nombre total de personnes infectées à 63 117.

La province enregistre un décès de plus lié à la maladie au cours des dernières 24 heures.

Cependant, le total demeure inchangé à 5767 morts en raison du retrait d'un décès pour lequel l'enquête a démontré qu'il n'était pas attribuable à la COVID-19, indique la direction de la santé publique.

Ce bilan reflète les données extraites le 3 septembre à 16 h par les autorités sanitaires.

On recense 102 personnes hospitalisées, soit deux de plus que la veille. Précisément, 18 patients sont traités aux soins intensifs, ce qui correspond à une baisse de deux.

De plus, on dénombre également 55 724 individus rétablis de la maladie.

Aussi, 19 128 prélèvements ont été réalisés le 2 septembre.

La région de Montréal compte 29 961 cas confirmés, suivie par la Montérégie (9412 cas), Laval (6362 cas) et Lanaudière (4877 cas).

Le gouvernement Legault s’est donné comme objectif de ne pas dépasser 20 cas déclarés de coronavirus par million d’habitants comme moyenne hebdomadaire.

Pour y parvenir, la province doit maintenir sa moyenne hebdomadaire de nouveaux cas quotidiens sous la barre des 170 cas recensés.

Le bilan d’hier faisait état de 187 nouveaux cas déclarés de COVID-19 et d’aucun décès causé par la maladie signalé au cours des dernières 24 heures.

Ces chiffres doivent-ils nous inquiéter?

En entrevue à RDI, la Dre Marie-France Raynault, professeure émérite au Département de médecine sociale et préventive à l'École de santé publique de l'Université de Montréal, affirme que ce n’est pas une catastrophe, mais on doit commencer à s’inquiéter.

Si la plupart des contaminations sont enregistrées chez une population jeune où il y a ordinairement moins de complications, ces jeunes peuvent contaminer des gens plus âgés et ça met à risque nos services de santé, rappelle la Dre Raynault.

Sur le reconfinement régional évoqué par le premier ministre, la Dre Marie-France Raynault indique que les éclosions qui ont pris naissance dans les bars se sont disséminées dans d’autres milieux et cela appelle une intervention rapide.

Cette solution a déjà été adoptée en Angleterre, où on a reconfiné des sous-régions parce que les taux (de contamination) étaient trois fois plus élevés que chez les populations environnantes. Alors, on a décidé de contenir le problème.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !