•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduction de la période d'isolement des travailleurs navetteurs à T.-N.-L.

La santé publique annonce ce projet pilote de 4 semaines afin de « trouver un équilibre pour ces travailleurs ».

Janice Fitzgerald.

La médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador annonce que les travailleurs navetteurs pourront bientôt sortir de leur quarantaine avant les autres voyageurs.

Photo : Gracieuseté - Gouvernement de T.-N.-L.

Terre-Neuve-et-Labrador assouplit les règles sur la quarantaine des travailleurs navetteurs retournant dans une autre province canadienne après un quart de travail.

À compter du 9 septembre, les travailleurs navetteurs qui obtiennent un résultat négatif après cinq jours d’auto-isolement pourront sortir de leur quarantaine plus tôt que les autres voyageurs, annonce la médecin hygiéniste en chef, la Dre Janice Fitzgerald.

Dès le cinquième jour de leur isolement, ils peuvent appeler le service 811 pour subir un test de dépistage. Une fois déclarés négatifs, ils peuvent sortir de la maison après avoir effectué une semaine d’auto-isolement, mais sont priés d'éviter les rassemblements. Ils doivent également porter un masque lorsqu’ils parlent aux gens à l’extérieur de leur bulle familiale.

Les travailleurs qui reviennent de l’international et tout autre voyageur n'ayant pas obtenu une exemption des autorités sanitaires doivent toujours respecter une quarantaine de 14 jours.

Selon la définition de la santé publique, un travailleur navetteur est un résident de Terre-Neuve-et-Labrador qui quitte la province à intervalles réguliers afin de gagner sa vie.

Un projet pilote de 4 semaines

La Dre Fitzgerald précise que ce projet pilote durera quatre semaines. Elle explique que l’assouplissement des mesures concernant les travailleurs navetteurs était nécessaire en raison de la situation particulière de ces derniers.

Elle dit que certains travailleurs faisant la navette (communément appelée fly-in, fly-out) s’isolent à leur camp de travail et s’isolent encore dès leur retour à Terre-Neuve-et-Labrador.

Les travailleurs navetteurs ont fait parmi les plus importants sacrifices durant la pandémie. Ces milliers d’hommes et de femmes quittent la province pendant des semaines et des semaines pour subvenir aux besoins de leur famille, rappelle la Dre Fitzgerald. Les mesures de santé publique que nous avons adoptées présentent des défis particulièrement importants pour ces travailleurs et leur famille.

Il n’y a aucune situation à risque zéro, mais il faut trouver un équilibre pour ces travailleurs.

Dre Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef, Terre-Neuve-et-Labrador

La Dre Fitzgerald précise qu’un travailleur navetteur déjà à la cinquième journée de sa quarantaine, le 9 septembre, peut composer le 811 et subir un test.

Un programme unique au Canada

Le système adopté pour les travailleurs navetteurs à Terre-Neuve-et-Labrador est unique au pays.

La santé publique surveille la situation dans d’autres provinces, comme à l’Île-du-Prince-Édouard, par exemple, où les travailleurs navetteurs doivent subir un test de dépistage au moment où ils arrivent sur l’île et peuvent sortir de leur quarantaine seulement lorsqu'ils obtiennent un résultat négatif. Un deuxième test doit être effectué une semaine plus tard.

La Dre Fitzgerald n’a pas indiqué en quoi consisteront les prochaines étapes pour la province si le projet pilote connaît du succès. Elle ne voulait pas commenter la possibilité d’une réduction de la durée de la quarantaine des autres voyageurs à Terre-Neuve-et-Labrador.

À Terre-Neuve-et-Labrador, deux travailleurs ont attrapé la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Aucun nouveau cas de la maladie n’a été dépisté vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !