•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PDG de Vitalité défend la « force du réseau » malgré les critiques

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Gilles Lanteigne, PDG de Vitalité, le 3 septembre 2020.

Gilles Lanteigne, PDG de Vitalité

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le président-directeur général du Réseau de santé Vitalité a fait valoir les qualités de l’approche centralisée des régies de santé au Nouveau-Brunswick, qui gèrent les hôpitaux et les centres de soins.

Mercredi, plusieurs candidats politiques ont laissé planer le doute sur la responsabilité de Vitalité après que quatre médecins eurent annoncé leur départ du Restigouche cet été. Le secrétaire d'Égalité santé en français, Jacques Verge, a abondé dans leur sens jeudi. En plus de dénoncer un climat toxique dans le réseau, il a plaidé pour une gestion locale des hôpitaux.

De son côté, Gilles Lanteigne a admis que c’est un coup, de perdre autant de médecins dans un temps si rapproché.

Mais le président-directeur général a affirmé que le modèle réseau de Vitalité présente des avantages pour régler de tels problèmes.

Je pense que les gens n'ont pas réalisé à quel point l'approche réseau a servi la population. Je vous donne l'exemple de [l’éclosion de COVID-19] à Campbellton, où la situation était très difficile. Il y a des médecins qui sont venus de Bathurst, d'Edmundston, de Moncton, dit-il.

Jacques Verge, d'Égalité santé en français.

Jacques Verge, d'Égalité santé en français (archives)

Photo : CBC

L’Hôpital régional de Campbellton, qui dessert le Restigouche et les communautés frontalières du Québec, a connu déjà plusieurs interruptions de services causées par des pénuries de personnel. Les départs de médecins laissent plusieurs patients sans médecin de famille et ajoutent à l’anxiété ambiante.

Gilles Lanteigne a assuré que le Réseau ne chômera pas pour transférer les dossiers des patients à d’autres médecins et pour recruter de nouveaux professionnels de la santé de l’extérieur de la province.

Le recrutement, on y travaille fort. On va continuer à travailler fort. Je pense que d'ici quelques semaines, les plans qui ont été élaborés pour les incitatifs de recrutement vont être mis en place pour réactiver ce qu'on appelle le comité de séduction.

Je voudrais quand même rassurer les communautés du Restigouche à l'effet que le maintien de l'hôpital n'est en aucun cas menacé.

Gilles Lanteigne, PDG de Vitalité

Gilles Lanteigne a rappelé qu'il a déjà été possible de recruter des pharmaciens en moins de 18 mois avec une telle stratégie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !