•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec un plus grand réseau, la SQDC voit ses profits exploser au 1er trimestre

La devanture d'une boutique.

Les finances de la SQDC se portent bien.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a multiplié ses profits par sept au premier trimestre, alors que son réseau comptait beaucoup plus de succursales par rapport à la même période l'an dernier.

Pour la période de trois mois allant du 29 mars au 20 juin, son bénéfice net s'est établi à 9,74 millions de dollars, par rapport à 1,36 million au premier trimestre de l'exercice précédent. Ses ventes ont atteint 110,36 millions de dollars, alors qu'elles avaient été de 45,11 millions il y a un an.

Les ventes sur le web ont presque triplé, à 15,77 millions de dollars.

Par communiqué, jeudi, la SQDC a précisé que la croissance de ses résultats était en grande partie attribuable à la croissance de la taille de son réseau. En date du 20 juin, elle exploitait 42 boutiques, par rapport à 16 points de vente au premier trimestre de l'exercice précédent.

Exprimées en volume, les ventes ont totalisé 18 922 kilos, soit trois fois plus que la quantité vendue l'an dernier. Sur les 2 millions de transactions enregistrées, la SQDC a obtenu un prix moyen par gramme de 6,67 $.

Dans son rapport trimestriel, la direction de l'organisation s'est montrée satisfaite de la performance. On souligne toutefois que la pandémie de COVID-19, qui a temporairement paralysé les chantiers de construction au premier trimestre, a forcé la SQDC à repousser l'ouverture de certaines succursales. Cinq ouvertures étaient prévues.

Il faudra ainsi redoubler d'efforts pour rattraper le retard sur sa planification annuelle, qui table sur environ 70 succursales au terme de l'année financière en cours, à la fin mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !