•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des intégrations devant l'écran à l’Université de Sherbrooke

Quelques étudiants participent à une rencontre sur la plateforme Teams

Les intégrations se sont déroulées virtuellement cette année pour les étudiants de génie de l'Université de Sherbrooke.

Photo : Courtoisie Éloïse Marchal

Fanny Lachance-Paquette
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Se promener déguisé en flamand rose ou en nain de jardin sur le campus, hurler des chansons grivoises ou lever son verre à son arrivée à l’université dans l’un des nombreux bars de la ville. Ce sont des activités d’intégrations auxquelles les nouveaux étudiants de l’Université de Sherbrooke n’auront pas droit cette année. Pandémie oblige, les intégrations se font devant l’écran.

Julien Roy est chef d’équipe pour une vingtaine de nouveaux étudiants en génie. Il le reconnaît, les nouveaux étudiants auront une version édulcorée de l’expérience de la semaine d’intégration. Ils n’ont pas vécu l’expérience des intégrations. Moi je me rappelle que ça a été une semaine...que je n’oublierai pas. Je ne sais pas si ça atteint les hauteurs que ça a déjà été, avoue l’étudiant en génie mécanique.

« J’espère qu’on leur a donné un goût au moins de ce que c’était. C’est sûr qu’on n’a pas eu les partys tous ensemble. »

— Une citation de  Julien Roy, chef d’équipe pour les intégrations de la faculté de génie

Pourtant, lui tout comme ses camarades de classe s’efforcent d’intégrer les nouveaux à la vie universitaire du mieux possible. La créativité des membres du comité organisateur et des chefs d’équipe a donné une semaine d’intégrations virtuelles étoffée: jeu d’évasion, questionnaire sur les lieux mythiques de Sherbrooke, jeux en ligne, géocaching.

Une version moins exaltante que par les années passées, mais ne pas tenir d’activités d’intégration n’était pas une option, rapporte Éloïse Marchal, membre du comité organisateur.

Les intégrations pour rencontrer des gens sont quand même très importantes, sachant qu’au moins 80% des étudiants ne viennent pas de Sherbrooke même, dit-elle. 

Il a donc été convenu qu’à l’exception d’un accueil à la faculté lors des premiers cours en présentiel, où un sac contenant buck pour la bière et masque ont été remis aux futurs ingénieurs, toutes les activités se déroulent virtuellement.

L'interface de jackbox présentant les avatars des participants.

Des jeux sur Jackbox faisaient partie des activités de la semaine d'intégration virtuelle.

Photo : Courtoisie Eloïse Marchal

Pour ce qui est des défis habituellement réalisés costumés sur les terrains de l’université, les étudiants ont cette fois été invités à accomplir une longue liste de 66 défis à la maison. Ça allait de plonger dans une piscine tout habillé à se mettre des petites guimauves dans la bouche et dire des choses…, explique Julien Roy. Les vidéos de leurs exploits étaient ensuite partagées entre les participants.

Julien Guay, qui commence son baccalauréat en génie électrique, le concède : ce n’est vraiment pas ce à quoi [il] s’attendait. Mais l'étudiant dans la vingtaine n’est pas déçu pour autant: On a vraiment eu du fun. L’ambiance était vraiment cool. Déjà, il a retrouvé dans ses cours en présentiel certains camarades rencontrés sur Teams. 

Des activités toujours arrosées

Évidemment, les activités d’intégration sont souvent bien arrosées, même si le comité organisateur assure que la consommation d’alcool n’est pas obligatoire. La version virtuelle n’y a pas fait exception. Le but des intégrations, on s’entend, on reste des jeunes, on veut boire, admet candidement Julien Guay. 

Lors des activités habituelles, les chefs d’équipe ont l’habitude de payer des verres à leurs nouveaux.

Cannettes de bière et verre de plastique pour jouer au traditionnel jeu à boire Flip Cup ont donc été livrés à la porte des nouveaux qui avaient manifesté leur intérêt. Une livraison masquée, bien sûr.

Une image de stormtroopers rebaptisés Stormshooters avec des images de bouteilles d'alcool.

Puisque le thème des intégrations de la faculté de génie de l'Université de Sherbrooke était Star Wars, des fonds personnalisés étaient utilisés sur la plateforme Teams lors des soirées virtuelles

Photo : Courtoisie Julien Guay

La technologie a tout de même eu ses limites. Les malaises ou le brouhaha des conversations en  grands groupes ont été un peu plus difficiles à gérer. Les déguisements ont aussi été abandonnés rapidement. Ç'a été un flop [...] Est-ce que tu veux vraiment être déguisé à la maison devant ton écran? , fait ressortir Julien Guay. 

Les deux Julien avouent que les partys en personnes leur manquent. Les étudiants assurent que ce n’est que partie remise, la fête sera au rendez-vous une fois la pandémie derrière eux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !