•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats à la mairie de Saskatoon veulent faire des changements au refuge Lighthouse

Un immeuble avec l'inscription Lighthouse.

Plusieurs entreprises du centre-ville de Saskatoon ont demandé au gouvernement provincial d'intervenir dans le dossier du refuge pour sans-abri Lighthouse de Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

Les candidats à la mairie de Saskatoon, Charlie Clark, Rob Norris et Don Atchison, ne s’entendent pas sur beaucoup de choses, mais ils sont d’accord qu'il est nécessaire d'apporter des changements au refuge pour sans-abri Lighthouse, au centre-ville.

Depuis plusieurs mois, des entreprises se plaignent que le Lighthouse mine la sécurité du centre-ville et évoquent la nécessité pour la province de revoir l’emplacement du refuge.

En juin, huit entreprises ont signé une lettre adressée au Bureau des commissaires de la police de Saskatoon pour lui demander d’agir à ce sujet.

Au mois de mars, le groupe Downtown Saskatoon Business Improvement District avait interpellé la province au sujet de la sécurité autour du Lighthouse.

Le groupe souhaitait également que le gouvernement provincial effectue une étude sur le financement, l’emplacement et la programmation du refuge.

J’ai parlé à plusieurs familles et parents qui ne laissent plus leurs enfants aller au centre-ville, affirme le candidat à la mairie Rob Norris.

Selon ce dernier, le Lighthouse n’est pas responsable de tous les maux du centre-ville de Saskatoon, mais il estime que la situation actuelle ne fonctionne pas.

Un refuge en expansion

Le refuge pour sans-abri Lighthouse fait partie du centre-ville de Saskatoon depuis 1997. Le bâtiment était à l'origine un foyer d’accueil qui abritait des personnes âgées à faibles revenus. Le mandat du Lighthouse a depuis changé pour offrir un logement aux personnes démunies.

À travers les années, le bâtiment s’est agrandi, acquérant davantage de logements, une salle de classe et une cuisine.

Au fur et à mesure que le Lighthouse s’agrandissait, la controverse grandissait.

L’année dernière, le maire sortant, Charlie Clark, a mis en place un comité de 70 personnes provenant du monde des affaires, du corps policier, du conseil tribal et d’autres organismes communautaires.

Le comité a demandé à la Ville de venir en aide aux personnes qui sont dans le besoin, tout en assurant la sécurité du centre-ville de Saskatoon.

Le modèle actuel échoue sur ces deux fronts.

Charlie Clark, maire de Saskatoon

Charlie Clark dit que cela a conduit à de nouvelles discussions pour revoir le modèle du refuge. Toutefois, il explique que la situation était très polarisée, et ce, même avant la réunion.

Les résidents devaient choisir s’ils étaient du côté du Lighthouse ou du côté du monde des affaires, dit-il.

Le maire sortant aimerait voir certains services du refuge pour sans-abri quitter le Lighthouse. Il souhaite voir le système se réorganiser d’ici l’été prochain.

Le défi consiste à trouver un deuxième emplacement et à trouver un bon modèle, explique-t-il.

De nouvelles solutions

L’ancien maire de Saskatoon de 2003 à 2016 et candidat à la mairie Don Atchison veut voir le Lighthouse quitter le centre-ville.

J’ai été impliqué dans le refuge Lighthouse dès le début et ce qu’il est aujourd’hui n’est pas ce que nous nous imaginions à l’époque.

Don Atchison, ex-maire de Saskatoon

Don Atchison soutient que les personnes qui se rassemblent à l’extérieur du refuge créent des problèmes. Il ajoute qu’une installation ouverte 24 heures sur 24 réglerait cette situation.

De son côté, le candidat à la mairie Rob Norris affirme que, s’il était élu, il implanterait un nouveau système d’hébergement pour la Ville des Ponts.

Il ajoute qu’il compte s’inspirer de plusieurs organisations sociales à travers le pays.

Rob Norris souligne également que, durant les 100 premiers jours de son mandat, il convoquera un groupe d’experts pour se pencher sur le dossier du refuge.

Le refuge réagit

La direction du Lighthouse explique que le refuge traite des situations complexes et qu’il n’y aura pas de solution facile.

La responsable des communications, Anna Pacik, dit que la ville connaît présentement un problème croissant de consommation de drogue et de problèmes de santé mentale. Elle soutient également que la COVID-19 a empiré la situation.

Anna Pacik précise que les personnes qui se rassemblent à l’extérieur du Lighthouse ne sont généralement pas celles qui vivent dans le refuge.

La direction du refuge n’est pas opposée à la relocalisation de certains de ses services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !