•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de Deep Cove déplorent l'euthanasie d'un ours

Une femme pose la main sur un ours mort recouvert d'une couverture.

Nancy Bleck soutient que l'ourse, qu'elle surnommait Plum, n'était pas agressive.

Photo : Offerte par Nancy Bleck

Radio-Canada

Des résidents de Deep Cove, dans le district de North Vancouver, pleurent la mort d’un ours noir, euthanasié mercredi par le Service de conservation de la faune de la Colombie-Britannique. Ils croient qu'il s'agit d'une femelle, qu’ils surnommaient affectueusement Plum.

Les autorités tentent toujours de déterminer si l’animal abattu était bien Plum ou un autre ours noir qui fréquente le secteur, indique le porte-parole du Service de conservation de la faune, Murray Smith.

Nancy Bleck a appris qu’un agent de conservation était sur le point d'abattre un ours noir près du chemin Beachview, non loin de chez elle. Une fois qu'elle est arrivée sur place, l’animal avait déjà été abattu. Je suis secouée. Je suis en colère. Je suis triste, dit-elle.

Au cours de la journée, l’ours avait fracassé une fenêtre, forçant le propriétaire de la résidence à contacter le Service de conservation par crainte que l’animal n’y entre.

Un ours s'avance dans une allée du magasin d'alcool sous le regard ébahi d'un client.

Les conflits entre humains et les animaux sont fréquents en Colombie-Britannique. Récemment, un ours est entré dans un hôtel de Whistler, un autre, dans un magasin d'alcool de Revelstoke.

Photo : Claudio Brunetti

Des voisins attristés

J'avais établi une relation avec cette ourse, raconte Mme Bleck. Elle était dans ma rue la semaine dernière, elle était dans ma cour quelques jours auparavant. Ce n’était pas une ourse agressive.

Sa voisine Viki Ashman s'est également rendue sur place dans le but d’intervenir en faveur de la survie de l’ourse.

J'ai couru quand j'ai entendu dire [que l’agent] portait un fusil. J'allais me mettre entre l'ours et lui et tout faire pour la faire fuir.

Une citation de :Viki Ashman, résidente de Deep Cove

Les deux femmes comptent lancer une campagne dans le quartier pour sensibiliser les citoyens aux moyens d’éviter les conflits avec la faune.

La responsabilité citoyenne

La mort de l'animal ravive les appels à la prévention des conflits entre les animaux sauvages et les humains dans les quartiers urbains de Vancouver.

Murray Smith implore la population de prendre le contrôle de son quartier pour éviter d'autres incidents.

En fin de compte, l'important n'est pas vraiment les mesures prises par les agents de conservation, mais plutôt l’inaction du public dans la gestion de choses attirantes pour les animaux , croit-il.

Il revient au public, selon Murray Smith, de cueillir ses fruits, de protéger ses déchets et de respecter les règles qui lui sont répétées depuis des décennies .

Avec les informations de Meera Bains

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !