•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La colorée muhammara est l'entrée parfaite

Une assiette avec une trempette bien étalée, le tout couronné d'un pita.

La muhammara se déguste en famille, avec un pain pita.

Photo : Zone 3 / Rosalie-Anne Lavoie Bolduc

Alexis Boulianne

Les mezzés, ces petits plats colorés qu’on sert sur les tables de la Turquie, de la Grèce, du Liban ou de la Syrie, sont l’image même de l’hospitalité, de la joie de vivre et du soleil de cette magnifique région méditerranéenne. La reine de ces entrées partagées est selon moi la muhammara, une pâte de poivrons rôtis et de noix de Grenoble parfumée, piquante et débordante de saveurs qui se mange avec un bon pita frais.

Un compétiteur à notre houmous adoré? Peut-être bien!

Dans cette recette du chef Marc Maulà, on mentionne que la muhammara se fait habituellement avec une pâte de piments qui est difficile à trouver en Amérique du Nord. Peut-être y arriverez-vous en utilisant son nom arabe, prononcé dib’is fléflé, dans les boutiques d’alimentation moyen-orientales. Durant l'abondance de poivrons rouges des champs au Québec, c'est une belle façon de les cuisiner en les faisant griller sur le BBQ.

La muhammara, dont le nom veut dire rougie, est originaire de la ville syrienne d’Alep et se cuisine habituellement avec le piment du même nom, très piquant. L’équilibre est amené par la mélasse de grenade — à ne pas confondre avec la grenadine, moins vinaigrée — et le sucre des poivrons rouges rôtis. Les noix de Grenoble ou les pignons de pin broyés amèneront une texture sous la dent, et la chapelure de pain la rendra très bourrative. Le tout forme un ensemble tellement parfait que vous aurez bien de la difficulté à vous arrêter d'en manger, selon bien sûr de votre tolérance au piquant!

C’est un très bon accompagnement pour la viande et les poissons, même si traditionnellement cet usage est peu fréquent. La muhammara est plutôt un plat qui rassemble la famille et les proches autour d’une table, alors que chaque convive trempe un bout de pain dans cette pâte attrayante et délicieuse. C’est là qu’elle prend tout son sens et que s'explique pourquoi elle est encore dégustée partout dans le Levant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !