•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usine Nordic Kraft à quelques jours d’une production commerciale

Un complexe industriel.

L'usine Nordic Kraft de Chantiers Chibougamau à Lebel-sur-Quévillon (archives)

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Annoncée en grande pompe en novembre dernier, la relance de l’usine de pâte kraft de Lebel-sur-Quévillon deviendra réalité au cours des prochains jours avec le début de la production commerciale.

L’usine Nordic Kraft, propriété de Chantiers Chibougamau, vit présentement les dernières étapes de sa remise en marche. De premiers copeaux de bois ont été brûlés pour lancer la production, mais de derniers ajustements doivent encore être apportés au procédé.

Selon Frédéric Verreault, directeur exécutif au développement corporatif chez Chantiers Chibougamau, tout indique que l’usine pourra répondre aux attentes de la compagnie.

Dans les prochains jours, on va fabriquer le premier ballot de pâte kraft de l’ère moderne de cette usine, qui pourra être vendu sur les marchés, confirme-t-il. Tout ce qu’on observe depuis deux semaines est fait de quelques défis, mais on est totalement encouragés et sécurisés quant à la qualité de la production qu’on pourra faire à grande échelle d’ici quelques semaines.

Il ajoute que l’usine de Lebel-sur-Quévillon pourrait fort bien en venir à dépasser l’objectif annuel de production de 300 000 tonnes de pâte kraft qui avait été évoqué l’an dernier.

Produit en demande

Avec le contexte de la pandémie et la forte demande pour le papier hygiénique ou encore les masques N-95, la pâte kraft est en demande sur le marché, ce qui confirme à Chantiers Chibougamau la pertinence de relancer cette usine, fermée depuis 2005.

On était sollicités avant même d’annoncer la relance de l’usine, précise Frédéric Verreault. Dans les derniers mois, tout ça s’est clairement accéléré. Des fabricants de papier de toilette du Québec sont intéressés, mais aussi des acheteurs des États-Unis et de Chine sont proactifs pour communiquer avec nous et sécuriser des quantités de pâte. Il y a clairement un bel appétit pour notre produit.

Main-d’oeuvre et logement

Même si l’entreprise cherche toujours à combler environ 10 % des quelque 270 emplois dont elle a besoin à l’usine, elle dit avoir le noyau nécessaire pour démarrer la production, notamment grâce à l’aide de sous-traitants.

Chantiers Chibougamau dit aussi avoir trouvé des solutions pour bâtir son équipe dans un contexte de pénurie de logements à Lebel-sur-Quévillon.

On a un noyau important d’employés qui demeurent ici, mais un certain nombre voyagent, reconnaît Frédéric Verreault. Si on avait une baguette magique, tout le monde aurait sa maison à Lebel-sur-Quévillon. Malgré nos programmes d’aide financière à la relocalisation, ce n’est pas simple pour tout le monde de dire go, on plonge. Mais plusieurs employés l’ont fait et on l’encourage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !