•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump ne recule pas sur la vente de TikTok

Un téléphone affichant le logo de TikTok, devant le drapeau des États-Unis.

Le meilleur espoir de survie de TikTok aux États-Unis reste un rachat.

Photo : Getty Images / Cindy Ord

Agence France-Presse

Donald Trump a réitéré mardi ses menaces et exigences vis-à-vis de TikTok, l'application de courtes vidéos du groupe chinois ByteDance, qui se retrouve au cœur du conflit politique et commercial entre Washington et Pékin.

Je leur ai dit qu'ils avaient jusqu'au 15 septembre pour trouver un accord. Après ça, nous fermerons (l'application) dans ce pays, a déclaré le président américain à des journalistes avant de se diriger vers Kenosha, une ville secouée par des manifestations violentes contre le racisme après une nouvelle apparente bavure policière.

Et j'ai dit que les États-Unis devront être compensés – et bien compensés –, parce que c'est grâce à nous que [cette vente] est possible [...]. Donc le Trésor doit être largement compensé, a-t-il continué, renouvelant ainsi une exigence étonnante qui a suscité de vives critiques et un certain embarras.

Le milliardaire républicain, qui accuse, sans preuve, TikTok d'espionnage pour le compte de la Chine, a signé un décret au début d'août qui oblige ByteDance à vendre la partie américaine du réseau social avant le 15 septembre. Il avait alors exigé qu'une très grosse proportion de la vente revienne au ministère américain de l'Économie.

Depuis, le réseau social utilisé tous les mois par 100 millions d’Américains et Américaines s'est engagé dans une campagne de défense de son image, affaiblie par la démission de son patron américain, Kevin Mayer, un ancien de Disney, la semaine dernière.

Un rachat plus difficile que prévu?

Son meilleur espoir de survie reste un rachat. Microsoft, allié au géant des supermarchés Walmart, et Oracle, un autre groupe informatique, négocient depuis des semaines pour acquérir le réseau déjà téléchargé plus de 2 milliards de fois dans le monde.

Mais vendredi, le ministère chinois du Commerce a amendé – pour la première fois depuis 2008 – sa liste de technologies soumises à des restrictions ou interdictions d'exportation.

La liste comprend désormais, entre autres, des technologies d'intelligence artificielle (IA). Propulsé par l’IA, l’algorithme de recommandation de TikTok est perçu comme sa recette secrète, capable de garder les utilisatrices et utilisateurs collés à leurs écrans. L’algorithme alimente le fil « Pour toi » de TikTok, qui recommande la prochaine vidéo en analysant le comportement de l’utilisateur ou l’utilisatrice.

Bytedance a fait savoir dimanche qu'il respecterait strictement les nouvelles règles de la Chine, c'est-à-dire l'obtention d'une licence d'exportation auprès des autorités, ce qui pourrait compliquer la vente des activités américaines de l'entreprise.

TikTok a récemment argumenté dans une plainte que les décisions de Donald Trump étaient motivées par des considérations politiques et financières, et non par des inquiétudes pour la sécurité nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !