•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Berlin dit avoir la preuve que Navalny a été empoisonné au Novitchok

Alexeï Navalny parle dans un micro.

Alexeï Navalny harangue une foule lors d'un rassemblement réclamant la libération de manifestants emprisonnés le 29 septembre 2019.

Photo : Reuters / SHAMIL ZHUMATOV

Radio-Canada

L'opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé à Berlin, a été victime d'une « tentative de meurtre » perpétrée avec un agent chimique neurotoxique de type Novitchok, affirme la chancelière allemande Angela Merkel.

Seule la Russie peut et doit répondre aux très graves questions posées par cet empoisonnement, destiné à le réduire au silence, a-t-elle déclaré en conférence de presse à Berlin.

Le gouvernement allemand avait déclaré plus tôt mercredi que des examens effectués sur l'homme de 44 ans par un laboratoire de l'armée allemande ont apporté la preuve sans équivoqued'un empoisonnement au Novitchok.

Il s'agit du même agent toxique qui a été utilisé contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en 2018 en Angleterre, selon ce qu'avaient conclu à l'époque les autorités britanniques.

Le crime contre Alexeï Navalny est contraire aux valeurs et aux droits fondamentaux que nous défendons.

Angela Merkel, chancelière allemande

Qualifiant la situation de choquante, le gouvernement allemand fait savoir qu'il condamne cette attaque dans les termes les plus fermes.

L'ambassadeur russe à Berlin a été invité urgemment au ministère allemand des Affaires étrangères, a pour sa part annoncé le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas.

Berlin lui a adressé un message clair et l'a exhorté à clarifier la situation, dans les moindres détails et en toute transparence, a déclaré M. Maas, qui souhaite que les responsables en Russie soient identifiés et traduits en justice.

Le ministère russe des Affaires étrangères a répliqué que les affirmations du gouvernement allemand ne s'appuient sur aucune preuve, selon des propos rapportés par l'agence de presse russe RIA.

Le ministère a en outre reproché à Berlin de ne pas coopérer avec Moscou dans ce dossier.

Pour l'entourage de l'opposant, l'auteur de cet empoisonnement ne fait guère de doute. Seul l'État russe a pu recourir au Novitchok, a affirmé l'organisation de M. Navalny.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux ambulanciers poussent une unité d'isolement placée sur une civière devant l'entrée d'un hôpital.

Des répercussions à l'échelle européenne et planétaire

Le gouvernement allemand a en outre fait savoir qu'il entend tenir informés ses partenaires de l'Union européenne et de l'OTAN des résultats de l'enquête.

Il compte aussi prendre contact avec l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), les agents de type Novitchok étant interdits par cette organisation.

L'Allemagne entend discuter d'une réponse commune appropriée avec ses partenaires à la lumière de la déclaration russe, affirme en outre le gouvernement, qui dit souhaiter un rétablissement complet de M. Navalny.

Auteur de publications dénonçant la corruption des élites russes abondamment partagées sur les réseaux sociaux, M. Navalny a d'abord été hospitalisé à Omsk, en Sibérie, le 20 août, après avoir eu un malaise dans un avion.

Soutenant qu'il semblait parfaitement bien plus tôt dans la journée, sa porte-parole, Kira Iarmych, a immédiatement dit croire qu'il a été empoisonné avec quelque chose qui a été mélangé à son thé avant de prendre son vol.

Il a été transféré le 22 août de la Sibérie à l'hôpital Charité de Berlin.

Le fait que la substance ait mis du temps à agir peut indiquer qu'il s'agit d'une formulation à libération prolongée du type de celle qui est couramment utilisée pour les produits pharmaceutiques. Là encore, cela indique qu'il ne s'agissait pas d'une attaque d'amateur.

Andrea Sella, professeur de chimie à l'University College de Londres

Dans un communiqué publié mercredi, l'établissement a indiqué que l'état de santé de M. Navalny, toujours sous assistance respiratoire, demeure grave, mais continue de s'améliorer.

Il est cependant encore trop tôt pour évaluer les effets à long terme de cette grave intoxication, précise l'hôpital.

Alexeï Navalny, le poing en l'air, au milieu d'une foule.

Alexeï Navalny est un opposant acharné du président russe Vladimir Poutine. On le voit ici durant une manifestation marquant l'anniversaire de la mort, suspecte elle aussi, de Boris Nemtsov, autre figure marquante de l'opposition russe, en février 2018.

Photo : Reuters / Sergei Karpukhin

Un empoisonnement largement condamné sur la scène internationale

Le Canada condamne fermement l’attaque contre Alexey Navalny, a indiqué le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, dans un tweet.

Les autorités russes doivent fournir des explications et les responsables doivent être punis, a-t-il ajouté, soulignant que l'utilisation d’armes chimiques est méprisable et odieuse.

Le premier ministre britannique Boris Johnson a également commenté sur Twitter : Il est scandaleux qu'une arme chimique ait été utilisée contre Alexeï Navalny.

Le gouvernement russe doit maintenant expliquer ce qui est arrivé à Alexeï Navalny – nous allons travailler avec nos partenaires internationaux pour nous assurer que justice soit faite, a-t-il ajouté.

Je veux condamner dans les termes les plus forts l'utilisation choquante et irresponsable d’un tel agent, a renchéri le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Il y a des interrogations fortes et il est de la responsabilité des autorités russes d'y répondre, a-t-il ajouté.

Je veux rappeler que l'utilisation d'armes chimiques, en tout lieu, à tout moment, par quiconque et en toutes circonstances, est inacceptable et contrevient aux normes internationales contre l’utilisation de ces armes.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères

À Washington, la Maison-Blanche a qualifié d'absolument inacceptable l'empoisonnement de l'opposant au président russe Vladimir Poutine.

De son côté, l'Union européenne a dénoncé un acte méprisable et lâche.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, n'a pas encore commenté la situation.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !