•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès du créateur du succès I Like to Move It à 49 ans

Un homme avec un casque d'écoute sur les oreilles est sur une scène.

Le DJ Erick Morillo en 2011 lors d'une performance au festival Coachella, en Californie.

Photo : Getty Images / Michael Tullberg

Agence France-Presse

Le DJ Erick Morillo, créateur du tube I Like to Move It, a été retrouvé mort chez lui mardi à Miami Beach en Floride, quelques jours avant une audience dans une affaire d'agression sexuelle.

La police de Miami Beach n’a pas relevé d'indice pouvant laisser penser à une mort violente, a indiqué à l'AFP un porte-parole.

Il a néanmoins précisé qu'il appartiendrait à l'institut médico-légal de procéder à une autopsie et d'en tirer toutes les conclusions.

Erick Morillo était attendu au tribunal vendredi pour une affaire d'agression sexuelle.

La victime présumée affirme avoir été violée dans son sommeil chez le DJ, après une soirée, en décembre. L'ADN de ce dernier a été relevé sur des prélèvements effectués sur cette femme.

Né à New York et élevé une partie de son enfance en Colombie, Erick Morillo s'était fait connaître sous le pseudonyme Reel 2 Real, qu'il a utilisé pour créer le morceau I Like to Move It en 1993.

Bien qu'à l'origine de la chanson, il ne fait que de très brèves apparitions dans la vidéoclip qui l’accompagne, laissant le champ libre au chanteur trinidadien Mark Quashie, dit The Mad Stuntman.

En parfaite adéquation avec la vague Eurodance, marquée par des tubes comme No Limit ou Everybody Everybody (avec Black Box), le titre a connu une belle carrière en Europe.

Il a notamment été numéro un en France et aux Pays-Bas. Le tube a, plus tard, été réintroduit auprès d'une nouvelle génération dans la bande originale du film animé Madagascar, du studio DreamWorks.

Après la dissolution de Reel 2 Real, Erick Morillo a poursuivi une carrière de DJ reconnu, dans le milieu de la musique house notamment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !