•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démissions de médecins dans le Restigouche : « l'impact sera majeur » prévient Vitalité

L'Hôpital de Campbellton

L'Hôpital de Campbellton, où travaillaient parfois les médecins démissionnaires.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Catherine Allard

Deux médecins employés par le Réseau de santé Vitalité dans le Restigouche ont annoncé leur démission, lundi, a appris Radio-Canada. Le Réseau de santé Vitalité affirme que l'impact est majeur pour la région, déjà aux prises avec une pénurie de main-d'oeuvre.

Au total, quatre médecins du Restigouche ont annoncé leurs départs, au cours des derniers mois.

La Dre Sylvie Katanda et la Dre Catherine Benoît ont annoncé leurs démissions « pour des raisons personnelles », selon le Réseau de santé Vitalité. Leurs départs entreront en vigueur respectivement le 2 novembre et le 28 novembre.

Leurs départs s'ajoutent à ceux de deux autres médecins cet été. Le Dr Delbé Robichaud a annoncé son départ au début du mois de juillet et le Dr Jean-Robert Ngola a quitté la région en juin. Le Dr Robichaud quittera officiellement sa pratique le 18 décembre.

Un impact majeur, selon Vitalité

Des milliers de patients se retrouvent donc sans médecin de famille dans la région.

C’est un impact qui est majeur, pour le réseau et pour l’Hôpital de Campbellton. C’est une situation qui est très difficile et qui s’ajoute aussi à une situation que nous connaissons présentement dans le réseau qui est la pénurie des ressources humaines.

Thomas Lizotte, porte-parole de Vitalité

Vitalité tente de trouver des solutions afin de répondre aux besoins des patients de ces médecins, ainsi que des gens qui se présentent à l’urgence de l’Hôpital de Campbellton, où travaillaient aussi ces médecins.

On n’a pas de solution à court terme. Ce sont des solutions qui méritent beaucoup de discussion avec le ministère, dit le porte-parole du réseau, Thomas Lizotte.

Le réseau ne prévoit pas de réduction de service à court terme.

Une affiche qui indique les urgences

Le réseau Vitalité ne prévoit pas une réduction des services, pour l'instant.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Pénurie de médecins

La semaine dernière, la Société médicale du Nouveau-Brunswick a tiré la sonnette d'alarme et a prévenu que la province manquera d'environ 300 médecins d'ici quatre ans au Nouveau-Brunswick.

Cela signifie que des milliers de patients supplémentaires pourraient se retrouver sans médecin de famille.

Thomas Lizotte affirme que Vitalité tente de réparer les pots cassés grâce à des efforts constants au niveau du recrutement. Vitalité est également en discussions avec le ministère de la Santé afin de trouver des solutions, comme des incitatifs financiers, pour recruter davantage de médecins dans la province.

C’est une pénurie globale. La compétition se fait avec les autres provinces comme le Québec et l’Ontario. Et la compétitivité est très forte, dit Thomas Lizotte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !