•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Liban : un gouvernement sera formé dans les 15 jours, promet Macron

Portrait d'Emmanuel Macron.

Le président français Emmanuel Macron, lors de sa conférence de presse à Beyrouth mardi

Photo : Reuters / GONZALO FUENTES

Radio-Canada

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi depuis Beyrouth que les dirigeants libanais se sont engagés à former un gouvernement, chargé de lancer des réformes, dans un délai de 15 jours.

Il a précisé que le gouvernement sera formé de personnalités compétentes qui seraient comme un collectif indépendant qui aura le soutien de toutes les formations politiques.

Quelques heures avant l’arrivée du président français, Mustapha Adib avait été nommé comme premier ministre. Inconnu des Libanais, cet universitaire de 48 ans était jusqu'à présent ambassadeur en Allemagne.

M. Macron a indiqué qu’il a rencontré les différentes forces politiques, dont le Hezbollah, au cours de la journée avant de donner une conférence de presse.

Avec le Hezbollah, il y a une discussion qui doit être engagée [...]. Ça ne doit pas être un tabou.

Emmanuel Macron, président de la France

Le président français a averti qu'il s'agissait de la dernière chance pour le système libanais.

Il a laissé entendre qu'en l'absence de réformes, les mécanismes d'aide internationale de plusieurs milliards de dollars pour un pays en proie à une grave crise économique ne seraient pas activés.

Outre des réformes pour une meilleure gouvernance et contre la corruption endémique, le président français a assuré qu’il y a eu un accord sur une série de réformes économiques concernant l'électricité, le contrôle des capitaux, l'audit indispensable de la Banque centrale et la réforme des marchés publics [...].

L'exigence commence maintenant, et je ne vous lâcherai pas.

Emmanuel Macron, président de la France

Affrontements à Beyrouth

Des centaines de manifestants réunis pour marquer le centenaire du Grand Liban ont fustigé la coopération du président Macron avec la classe dirigeante.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les manifestants au centre de Beyrouth

Il devait venir nous écouter, nous aider à réaliser nos aspirations, ne pas s'asseoir avec des corrompus et des criminels qui ont tué leur peuple, a lancé Rima, une des manifestantes.

En coopérant, vous devenez complices, pouvait-on lire sur une pancarte brandie par une manifestante.

Dans la soirée, des heurts violents ont éclaté entre les manifestants et les forces de l'ordre, faisant 22 blessés, dont l'un a été hospitalisé, a indiqué la Croix-Rouge libanaise.

Au cours de sa visite, M. Macron a également fait le point sur la distribution de l'aide internationale promise au lendemain de l'explosion au port de Beyrouth, qui a fait au moins 188 morts et plus de 6500 blessés le 4 août. Il a plaidé pour une meilleure coordination entre les Nations unies et les organisations non gouvernementales pour la distribution de l'aide.

Le président français s'est rendu également dans la réserve naturelle de Jaj, au nord-est de Beyrouth, où il a planté un cèdre, l'emblème du Liban, pour célébrer le centenaire de la création de l'État du Grand Liban le 1er septembre 1920 par le général français Henri Gouraud.

Après sa visite au Liban, M. Macron se rendra à Bagdad pour lancer une initiative de soutien à la souveraineté de l’Irak avec l'ONU.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !