•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre un pasteur jugé homophobe

Une foule de manifestants agitant des drapeaux de la Fierté entoure des policiers et le groupe de David Lynn.

Des dizaines de policiers du Service de police de Vancouver ont escorté David Lynn afin qu'il puisse baptiser ses disciples.

Photo : Marc-Antoine Bélanger

Plus d’une centaine de manifestants pour la communauté LGBTQ+ se sont rassemblés sur la plage Sunset, à Vancouver, lundi soir pour dénoncer la présence du pasteur David Lynn. Ce dernier, que beaucoup accusent d’avoir une rhétorique homophobe, était sur place pour baptiser des disciples.

On est là pour contre-manifester d’une façon paisible, affirme Dan Snyder, avocat et organisateur du groupe Disco Task Force qui organise des contre-manifestations contre les prédicateurs antigais. Je suis là avec mon drapeau gai, je chante, je danse pour causer de la distraction.

Je ne vais pas là pour cibler une communauté, se défend David Lynn dans une vidéo précédant les événements publiée sur sa page Facebook. Je vais seulement à la plage pour prêcher à propos de Jésus.

Il a été accueilli par plus d’une centaine de manifestants pro-LGBTQ+ à la plage Sunset, près du centre-ville de Vancouver. Certains d’entre eux l’ont pris à partie dès son arrivée, lui disant qu’il n’était pas le bienvenu et l’accusant de tenir un discours haineux.

Des dizaines d’agents du Service de police de Vancouver se sont interposés entre le pasteur et les manifestants et l’ont escorté jusqu’à la plage. L’événement a été diffusé en direct sur YouTube par l’équipe du pasteur.

Derrière un barrage de policiers, M. Lynn a lancé des messages évangéliques dans un haut-parleur. Il a interpellé les manifestants, clamant notamment : Je vous réprimande au nom de Jésus-Christ, Le Seigneur vous réprimande et Satan, sors d'ici!

Il a baptisé une dizaine de personnes dans la mer tout en prêchant avant de repartir en voiture après un peu plus d’une heure. Les policiers sont restés sur place tout au long de l’événement, formant une barrière entre M. Lynn et ses disciples, et les manifestants.

Une tournée d’évangélisme radical

M. Lynn est le fondateur du Christ’s Forgiveness Ministries, décrit sur son site Internet comme une organisation chrétienne non confessionnelle dont la mission est d’avoir un impact sur le monde par l’évangélisme radical notamment.

Établi à Toronto, David Lynn était de passage à Vancouver dans le cadre d’une tournée pancanadienne lors de laquelle il invite la population à se repentir.

Dans une vidéo faisant la promotion de la tournée, on peut l’entendre dire : Vous avez vu la récompense de votre propre erreur, lorsque vous désobéissez à Dieu et que vous devenez athée, perverti et sensuel dans votre style de vie et désobéissant à la parole de Dieu, sur des images de défilés de la Fierté.

Le premier arrêt de la tournée, qui se déroule d’ouest en est, avait lieu à Victoria samedi. D’autres affrontements avec des manifestants pro-LGBTQ+ ont eu lieu alors que David Lynn prêchait dans la rue avec un haut-parleur.

Des haut-parleurs qui dérangent

Si M. Lynn se défend de cibler des personnes en particulier et affirme que son message n’est pas destiné à ceux qui ne veulent pas l’entendre, il peut être difficile de l’ignorer.

Ce n’est pas quelque chose qu’on peut juste éviter, c’est vraiment dans nos faces, affirme Dan Snyder.

Des prédicateurs antigais ont régulièrement propagé leurs messages sur haut-parleur dans le quartier gai de Vancouver cet été. Un homme a eu la jambe cassée après en avoir affronté deux la semaine dernière.

On a le droit d’exprimer nos valeurs et nos croyances religieuses, soutient M. Snyder, faisant référence à la Charte canadienne des droits et libertés. Ça peut exister en même temps que notre communauté, mais sans l’amplification de ces haut-parleurs.

Avec des informations de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !