•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sue Montgomery seule à défendre les voies cyclables de la rue de Terrebonne

Une cycliste, de dos.

Les pistes cyclables de la rue de Terrebonne sont peu utilisées, selon leurs détracteurs.

Photo : Radio-Canada

La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, se retrouve isolée une fois de plus dans un dossier qui provoque un immense tollé dans son arrondissement, le plus populeux de la métropole.

Au banc des accusés : deux voies cyclables aménagées cet été sur une portion d'environ deux kilomètres de la rue de Terrebonne, dans le secteur Notre-Dame-de-Grâce, qui ont entraîné la suppression d'environ 250 places de stationnement, y compris devant deux écoles, une résidence pour aînés et une église.

La grogne n'a pas tardé. L'arrondissement et les élus ont été inondés de courriels; des plaintes ont été déposées à l'Ombudsman de Montréal; des dizaines de questions écrites ont été acheminées au conseil municipal; et environ 2000 personnes ont signé une pétition pour réclamer le retrait immédiat des voies cyclables, qui devraient normalement rester en place jusqu'en novembre.

Les détracteurs des installations actuelles affirment qu'elles sont peu utilisées par les cyclistes; que les résidents du secteur n'ont pas été consultés; et que l'élimination des places de stationnement engendre une pression considérable sur les rues transversales, au moment où des travaux sont en cours pour remplacer les entrées d'eau des résidences.

Vers un retrait anticipé

Le chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, Lionel Perez, avait convié les médias mardi matin sur le parvis de l'église St. Monica's Parish pour dénoncer la situation. Le chef intérimaire d'Ensemble Montréal, qui est aussi conseiller du district de Darlington, a voté en faveur de l'adoption du programme de rues partagées dans l'arrondissement, le 22 juin.

Une erreur est humaine, a-t-il soutenu. Alors, faisons la chose qui est dans le meilleur intérêt des citoyens.

Ce que je vois dans cette réticence, cette opposition de Projet Montréal, c'est malheureusement ce qu'on a vu à travers toute la pandémie, à travers cette volonté de mettre de l'avant cet agenda politique pro-vélo, qui est là tout simplement par dogmatisme.

Lionel Perez, chef par intérim d'Ensemble Montréal, chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville et conseiller du district de Darlington

Devant la grogne, le conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand, a rédigé – avec l'appui de M. Perez – une motion exigeant le retrait immédiat des voies cyclables problématiques. Celle-ci sera déposée au conseil d'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce mardi prochain.

Au cours des 20 ans d'histoire de l'arrondissement, peu de gestes [...] ont provoqué un tel tollé au sein de la communauté, écrit M. Rotrand, qui est aussi le doyen du conseil municipal de Montréal.

La mairesse Montgomery isolée

Or, coup de théâtre : les trois élus de Projet Montréal au conseil d'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ont fait savoir à Radio-Canada mardi après-midi qu'ils voteront eux aussi en faveur de la motion, qui aura pour effet de pousser Sue Montgomery dans ses derniers retranchements.

Nous sommes convaincus qu'une majorité des résidents de Notre-Dame-de-Grâce sont partants pour de meilleurs aménagements cyclables, mais il faut que ce soit bien fait, explique Christian Arseneault, conseiller du district de Loyola. Nous ne voulons pas être dogmatiques là-dessus.

M. Arseneault aimerait que le projet soit amélioré, mais la saison est maintenant trop avancée pour ce faire, reconnaît-il. Dans ce contexte, il estime que les voies cyclables devraient être retirées le plus rapidement possible, idéalement en septembre.

Mme Montgomery au conseil d'arrondissement.

Sue Montgomery (à gauche) siège comme indépendante depuis qu'elle a été exclue du caucus de Projet Montréal.

Photo : Radio-Canada / Simon Nakonechny

La mairesse Montgomery affirme pour sa part que les installations actuelles ont aussi leurs partisans.

Je sais qu'il y a des problèmes avec cette piste cyclable, mais ça ne veut pas dire que c'est un échec total, a-t-elle soutenu en entrevue, plus tôt dans la journée. Il y a plein de monde très content, surtout les parents, qui sont contents que leurs enfants puissent aller à l'école en vélo.

Ce n'est pas la première fois que la mairesse se retrouve isolée ainsi. À quatre reprises ces derniers mois, les autres élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ont voté contre elle pour réintégrer dans ses fonctions le directeur de l'arrondissement, Stéphane Plante, que Mme Montgomery s'évertue à suspendre, alléguant qu'il ne se conforme pas à ses directives.

Cette rivalité est d'ailleurs mêlée à son expulsion de Projet Montréal, en janvier; à une cause en Cour supérieure du Québec; et à une autre devant la Commission municipale du Québec, qui lui reproche de nombreux manquements éthiques et déontologiques.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine et Mathieu Prost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !