•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection en suspens : un poste de conseiller reste vacant dans Saint-Léonard Est

Le scrutin annulé pour cause de pandémie n'est pas visé par une récente ordonnance gouvernementale.

La candidate du parti Ensemble Montréal, Angela Gentile, pose tout sourire avec sa feuille de candidature devant le bureau d'Élection Montréal.

La candidate du parti Ensemble Montréal, Angela Gentile, au moment de déposer son bulletin de candidature, le 31 janvier dernier.

Photo : Ensemble Montréal

Une élection partielle qui devait, à l'origine, se tenir le 15 mars dans le district de Saint-Léonard Est a été annulée in extremis en raison de la COVID-19. Le gouvernement du Québec autorise maintenant la reprise du processus électoral, mais uniquement dans des cas bien précis.

La candidate d'Ensemble Montréal dans le district de Saint-Léonard Est, Angela Gentile, souhaite que l'élection ait lieu le plus rapidement possible.

Elle croit qu'elle serait déjà conseillère municipale si la COVID-19 n'avait pas entraîné l'annulation du scrutin à moins de 48 heures d'avis.

Les gens sont unanimes là-dessus, ils veulent une élection le plus tôt possible. Et c'est possible maintenant, malgré la COVID-19. On le fait ailleurs au Québec, pourquoi pas ici?

Une citation de :Angela Gentile, candidate d'Ensemble Montréal dans le district de Saint-Léonard Est

Mais la décision de ne pas tenir d'élection semble avoir déjà été prise.

Le service du greffe de Montréal, responsable de l'organisation des scrutins, a fait savoir le 28 août que l'élection partielle à Saint-Léonard Est n'était pas concernée par la récente ordonnance gouvernementale sur la reprise du processus électoral municipal.

Pour les postes de maire ou en l'absence de quorum

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a annoncé le mois dernier que les élections partielles en suspens auraient lieu le 4 octobre prochain.

Ces scrutins devaient permettre de pourvoir les 144 postes de conseiller municipal et les 18 postes de maire qui sont vacants au Québec.

Les maires de certaines villes trouvaient cependant qu'il s'agissait d'une dépense inutile, car, en temps normal, si un poste d'élu municipal devient vacant dans les 12 mois qui précèdent des élections générales, il n'est pas nécessaire de le pourvoir.

Des scrutins le 4 octobre, à 13 mois des élections municipales du 7 novembre 2021, n'étaient donc pas nécessaires, selon eux.

La ministre a donc décidé de couper la poire en deux. Les élections sont obligatoires pour pourvoir les postes de maire, comme à Drummondville, et les postes de conseiller dans les villes où il en manque plus d'un et où il n'y a donc plus quorum au conseil municipal : c'est le cas à Vaudreuil-sur-le-Lac et Sainte-Clotilde, en Montérégie.

C'est certain que les municipalités qui ont quorum et que ça se passe bien, ce n'est pas nécessaire d'aller en élection. Puis c'est important aussi, parce qu'il faut voir que c'est l'argent des citoyens.

Une citation de :Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation

La ministre précise que, malgré sa directive, un conseil municipal peut demander la tenue d'une élection partielle pour pourvoir un poste. Le conseil municipal est là pour prendre la décision. On va respecter la décision. Mais comme je vous dis, on exige des élections quand il n'y a pas de maire, ni mairesse, ni quorum, ajoute-t-elle.

Dominic Perri lors de la séance virtuelle du conseil municipal du 24 août dernier.

Le conseiller de Saint-Léonard Ouest, Dominic Perri, lors de la séance virtuelle du conseil municipal du 24 août dernier.

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Le conseiller municipal du district de Saint-Léonard Ouest, Dominic Perri, qui est aussi d'Ensemble Montréal, rappelle que le poste du district Est est vacant depuis octobre 2019, soit depuis déjà un an. Ça prend une autre paire de bras pour répondre à l'ensemble des citoyens. L'élection partielle aurait été déclenchée depuis longtemps s'il s'agissait d'un château fort de Projet Montréal, soutient l'élu.

Lors de la séance du conseil municipal du 24 août dernier, Dominic Perri a demandé à la mairesse Valérie Plante d'intervenir dans le dossier.

Le coût de cette élection partielle était estimé à 100 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !