•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Laurentia : Régis Labeaume critique la lenteur du fédéral

Projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport.

Projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport

Photo : Administration portuaire de Québec

Le maire de Québec interpelle le président du Conseil du Trésor Jean-Yves Duclos et lui demande de faire progresser le projet de terminal de conteneurs au Port de Québec. Régis Labeaume affirme que, depuis plusieurs années, le gouvernement fédéral se contente de lui répondre que les études environnementales doivent suivre leur cours en ce qui concerne le projet Laurentia.

Ça fait cinq ans que j'entends ça de Jean-Yves. Ça fait cinq ans qu'il nous parle de l'évaluation environnementale et on ne sait rien d'autre, a lancé le maire à l’égard du député de Québec. Comme dans le dossier du transport en commun, Régis Labeaume s’inquiète de voir progresser certains projets montréalais alors que ceux de la capitale semblent faire du surplace.

Il cite entre autres le projet d’expansion portuaire de Contrecoeur. Si tout est correct au niveau environnemental, l'argent est où? Pourquoi Montréal en a et Québec n'en a pas? Est-ce qu'on va perdre nos deux investisseurs privés qui mettent un demi-milliard dans le projet?

Régis Labeaume, maire de Québec.

Régis Labeaume, maire de Québec

Photo : Radio-Canada

On a un ministre puissant à Québec, on va lui demander de livrer, puis honnêtement, cette fois-ci je ne lâcherai pas.

Une citation de :Régis Labeaume, maire de Québec

Pas une cassette

Mis au fait des déclarations du maire, le ministre Jean-Yves Duclos s’est défendu d’utiliser l’environnement comme une cassette dans ses réponses.

L'environnement en 2020, ce n'est pas une cassette, c'est important pour tout le monde y compris, j'en suis sûr, pour le maire de Québec, alors il faut faire les choses correctement.

Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor.

Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor

Photo : Radio-Canada

Le président du Conseil du Trésor affirme être bien au fait des répercussions économiques majeures pour la région de Québec que pourrait entraîner le nouveau terminal de conteneurs, mais il précise que tout le processus d’évaluation environnementale est indépendant de la sphère politique et qu’il ne peut rien faire pour l’accélérer.

L’Agence d’évaluation d’impact du Canada étudie le projet Laurentia depuis 2015.

Cinq ans, c’est long

Le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville partage l’impatience du maire en ce qui concerne les études environnementales.

Jean-François Gosselin est lui aussi d’avis que ça va prendre peut-être un peu plus de leadership de la part de certains décideurs pour que ça avance, principalement de la part du ministre Duclos.

On respecte les étapes, c'est important de le faire, mais il faut que ça aboutisse. Cinq ans, c'est long. Ça prend une décision.

Une citation de :Jean-François Gosselin, chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Québec

De son côté, le conseiller Jean Rousseau a toujours des doutes quant à l’acceptabilité sociale du projet Laurentia, notamment en raison du camionnage. L’élu de Démocratie Québec estime que les études d’impact environnemental permettront justement d’y voir plus clair.

Désolé pour le maire, mais le processus environnemental est au coeur de la décision qui va être prise, tout comme le BAPE pour le tramway, le maire n'en voulait pas parce que ça allait ralentir [le projet]. On en a eu un et ça a été positif, soutient-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !