•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avocat de l’ex-réserviste Patrik Mathews demande le rejet de deux accusations

L'homme accusé d'incitation au meurtre et à la guerre civile demeure derrière les barreaux.

Patrik Mathews devant une maison.

Patrik Mathews a été arrêté au Delaware en janvier et est derrière les barreaux depuis.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’avocat représentant l’ancien réserviste des Forces armées canadiennes Patrik Mathews demande à un tribunal fédéral américain de rejeter deux accusations criminelles contre son client.

Le Manitobain Patrik Mathews est soupçonné d’être impliqué dans un complot visant à provoquer une guerre raciale aux États-Unis.

Dans une requête déposée lundi, son avocat, Joseph Balter, veut faire annuler une grande partie des preuves et rejeter une déclaration ou des aveux faits lors de l’interrogatoire à la suite de l’arrestation par le FBI.

L'avocat soutient que les forces policières américaines n'ont pas établi de cause probable pour obtenir un mandat contre son client.

M. Balter soutient que les agents ont choisi les déclarations les plus incendiaires, tout en excluant les cas où les membres du groupe néonazi The Base ont eu la consigne de ne rien faire d’illégal.

Joseph Balter demande également à la Cour fédérale de séparer le procès de son client de la procédure judiciaire de deux coaccusés, Brian Mark Lemley et William Garfield Bilbrough.

Patrik Mathews fait face à un total de quatre chefs d’accusation, notamment des accusations de transport d’une arme à feu avec des munitions dans l’intention de commettre un crime et d’être un étranger en possession d’une arme à feu et de munitions.

Il pourrait écoper d’un maximum de 10 ans de prison pour chacune des accusations.

Dans des documents judiciaires déposés cette année, les procureurs allèguent que M. Mathews se serait filmé pendant qu’il plaidait pour tuer des gens, empoisonner l’approvisionnement en eau et faire dérailler des trains afin d’inciter à une guerre civile au nom de la création d’un ethno-État blanc.

Patrik Mathews était ingénieur de combat. Il a disparu de Beauséjour, au Manitoba, l’an dernier après une enquête du Winnipeg Free Press alléguant qu’il était un recruteur pour le groupe néonazi international The Base.

Il a été arrêté au Delaware en janvier avec Brian Mark Lemley. William Garfield Bilbrough IV a été arrêté au Maryland.

Patrik Mathews est derrière les barreaux depuis son arrestation.

Avec des informations d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !