•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’incertitude plane pour le Tournoi de hockey pee-wee de Jonquière

Mise au jeu au centre de la glace au Tournoi de hockey pee-wee de Jonquière.

De jeunes athlètes lors d'une autre édition du Tournoi de hockey pee-wee de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Radio-Canada

La tenue du Tournoi de hockey pee-wee de Jonquière demeure incertaine en raison de la pandémie de COVID-19.  Les organisateurs sont incapables de confirmer si la 57e édition aura bel et bien lieu cet hiver.

Les responsables du Tournoi pee-wee de Québec ont annoncé lundi son annulation. Ce tournoi international reçoit environ 2500 joueurs des quatre coins du monde chaque année. L’événement est annulé pour la première fois de son histoire.

Cette mauvaise nouvelle aura-t-elle une incidence sur l’événement saguenéen? La présidente du tournoi de Jonquière préfère attendre les prochains développements avant de se prononcer. Pour l’instant, les préparatifs cheminent comme prévu.

Tout est mis en branle comme si on avait un tournoi.

Une citation de :Mireille Gagnon, présidente, Tournoi de hockey pee-wee de Jonquière
Mise au jeu au centre de la glace.

Mise au jeu officielle lors d'un match du Tournoi pee-wee de Jonquière

Photo : Radio-Canada / Catherine Fillion

À la recherche d’une alternative

Mireille Gagnon rappelle que l’événement qu’elle chapeaute n’est pas basé sur la venue d’équipes étrangères comme c’est le cas à Québec. On n’a pas la même réalité, a-t-elle rappelé en entrevue à l’émission Place publique.

Au lieu d’organiser un tournoi provincial, elle croit qu’il serait possible de faire un événement régional de plus petite ampleur. L’activité regrouperait moins de joueurs qu’à l’habitude.

L’organisation attend que Hockey Québec se prononce sur la suite des choses à la mi-octobre avant de prendre une décision ferme.

Mireille Gagnon rappelle que son équipe devra être prête à s’adapter même si le tournoi a lieu parce qu’une deuxième vague de coronavirus est probable.

La présidente ne cache pas que plusieurs commanditaires et partenaires sont inquiets. Certains n’auront pas les capacités financières d’aider le tournoi cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !