•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rimouski n'interdira pas les pitbulls

Un pitbull.

Les élus ont décidé de ne pas cibler ce type de chien en particulier (archives).

Photo : EyeEm/Getty Images

Radio-Canada

La Ville de Rimouski abandonne son règlement qui interdisait les chiens de type pitbull sur son territoire.

Le conseil municipal a confirmé lundi soir son choix d'une approche réglementaire qui cible les comportements dangereux plutôt que les races de chiens.

Au terme d'une assemblée extraordinaire du conseil, le maire Marc Parent a expliqué que cette façon de faire est tout à fait conforme à celle adoptée par le gouvernement du Québec, dont le règlement est entré en vigueur en mars dernier.

Le règlement que l'on a adopté, il y a de cela plus d'un an, ne faisait pas de référence à la race. Le règlement faisait référence à des comportements, précise le maire.

M. Parent reconnaît cependant que ce règlement n'éliminera pas tous les risques. Il déplore d'ailleurs l'incident survenu en juillet dans le quartier de Pointe-au-Père au cours duquel un homme de 70 ans a été attaqué par un chien alors qu'il marchait sur la grève.

Big Daddy et Trinity.

Les chiens pourraient être évalués pour déterminer leur dangerosité (archives).

Photo : Humane Society of Chittenden County

Le maire dit toutefois que le règlement donne à la Ville des moyens d'agir contre les chiens dangereux.

Chaque citoyen a l'obligation de contrôler sa bête. [...] Dans un cas comme cela, le règlement permet à la Ville de Rimouski de faire un examen du chien visant à évaluer son comportement, son potentiel de dangerosité.

Marc Parent, maire de Rimouski

Dans un scénario extrême, un chien pourrait être euthanasié si les experts confirment qu'il a un comportement agressif et qu'il représente un danger pour la population.

Pitbulls interdits à Sept-Îles

Les chiens de type pitbulls sont interdits depuis 15 ans à Sept-Îles.

Est-ce qu'on va les réintroduire et se dire que peut-être qu'il y aura un événement malheureux? Puis là, on va tous se regarder en se disant "qu'est-ce qu'on a fait là"?

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

C'est très sensible ce dossier-là. Les gens, ce qu'ils disent c'est "écoutez, on l'a banni en 2005". Bon, bien normalement, aujourd'hui, sur le territoire, il ne devrait plus y en avoir, estime le maire, Réjean Porlier.

Entrée en vigueur du règlement sur les animaux à Rivière-du-Loup

Le nouveau règlement de la Ville de Rivière-du-Loup sur les animaux domestiques est entré en vigueur mardi.

Le règlement tient sur 19 pages et établit une série de mesures pour éviter les attaques de chiens contre des citoyens.

On demande notamment aux propriétaires de garder leur chien à l'intérieur de leur résidence ou dans un enclos fermé, ou encore, sur un terrain clôturé ou attaché à un objet fixe.

C'est d'en avoir le contrôle sur ses allées et venues, simplement. [...] En fait, c'est de ne pas laisser son animal libre, à aller n'importe où, sur le terrain des voisins.

Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

Le règlement prévoit également que tout propriétaire de chien ou de chat devra enregistrer son animal auprès de la Ville.

L'enregistrement initial coûtera 30 $ pour un chien et devra être renouvelé annuellement au coût de 25 $. Pour un chat, ces montants seront respectivement de 15 $ et de 10 $.

Un petit chien dans des herbes hautes.

Chiens et chats devront être enregistrés d'ici au 31 mars à Rivière-du-Loup.

Photo : Radio-Canada

La mairesse, Sylvie Vignet, juge que ces tarifs sont raisonnables.

Si on a un animal, il y a des frais qui sont liés. Si l'animal se perd, si un animal est récupéré, il y a une fourrière. Il y a des gens qui s'occupent de cela. Il y a le système informatique qu'on va devoir payer, souligne-t-elle.

Les propriétaires de chiens ou de chats auront jusqu'au 31 mars prochain pour se conformer à la nouvelle réglementation.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !