•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une élève de l’école primaire Sainte-Élisabeth, à Cantley, a contracté la COVID-19

L'École Sainte-Élisabeth en été.

Une élève de l'École Sainte-Élisabeth a reçu un diagnostic positif à la suite d'un test de dépistage de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada

Treize élèves qui fréquentaient le service de garde de l’École Sainte-Élisabeth, à Cantley, la semaine dernière doivent s’isoler à la maison après qu’une élève eut reçu un diagnostic positif.

L’élève a fréquenté le service de garde avant la rentrée scolaire, soit pendant la semaine du 24 au 28 août. Les cours n’étaient pas encore commencés [...] et seul le service de garde était ouvert, a tenu à préciser le conseiller en communication pour le Centre de services scolaire des Draveurs (CSSD), Mathieu Daoust. Le groupe-bulle de l’élève était composé de 13 élèves. L'enfant qui a contracté la COVID-19 ne s'est pas présenté à la rentrée lundi.

Le CSSD a été avisé du cas en soirée. Une lettre a aussitôt été envoyée à tous les parents de l’École pour les informer de la situation. Cette lettre indiquait que l’élève était en retrait de l’école dès aujourd’hui, que les contacts étroits (13 élèves de la bulle) seraient contactés par la santé publique et que des consignes leur seraient données, a poursuivi M. Daoust.

Les enfants du groupe doivent donc rester à la maison, selon le CSSD. La direction a personnellement contacté les parents des élèves qui ont pu être un contact significatif, conclut Mathieu Daoust.

Le CSSD assure être prêt à gérer des cas de COVID-19

Photo de la directrice générale devant une école.

Manon Dufour est la directrice générale du Centre de services scolaire des Draveurs.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

En entrevue à l'émission Les matins d'ici, la directrice générale du Centre de services scolaire des Draveurs, Manon Dufour, a expliqué que les écoles tiennent un registre des contacts étroits pour chaque élève. Automatiquement, lorsque le cas est confirmé, nous, on reçoit un avis de la santé publique pour l’enquête épidémiologique et on a des listes à jour pour tous les contacts qui peuvent avoir été étroits dans une journée, a affirmé la directrice générale.

On soumet la liste [à la santé publique] et on avise immédiatement les parents par téléphone pour être en mesure de mettre en isolement les élèves qui auraient été avec un contact étroit.

Manon Dufour, directrice générale du Centre de services scolaire des Draveurs

Lorsqu'il y a un cas qui est positif, c'est de tout de suite savoir avec qui il a été en contact et d'aviser ces gens-là de se surveiller, poursuit Mme Dufour. Dans certaines situations, s'il y avait plusieurs cas dans une région ou un centre de service, peut-être qu'il y aurait un dépistage plus systématique.

Si une éclosion devait survenir à l'intérieur des murs d'une école, tous les enfants pourraient être renvoyés à la maison temporairement. Ce n’est pas moi qui vais prendre la décision, c'est vraiment la santé publique.

On est prêts à faire face à cette situation-là, mais, évidemment, ce n'est pas ce qu'on souhaite, conclut la directrice générale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !