•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes enfants invités à porter le masque en clinique privée

Un enfant pleure dans les bras de sa mère.

Les enfants en bas âge doivent porter le masque lorsqu'ils se rendent chez certains optométristes ou dentistes. (archives)

Photo : iStock / Juanmonino

Malgré que la Santé publique n'oblige le port du masque chez les enfants qu'à partir de 10 ans, certaines cliniques privées l'exigent dès l'âge de 3 ans lors de rendez-vous.

Pour un examen de la vue, par exemple, des cliniques d’optométrie demandent aux parents d’apporter un masque dès l’âge de trois ans.

Le président de l’Ordre des optométristes du Québec, Éric Poulin explique que les optométristes travaillent près des patients pendant plusieurs minutes. L’Ordre souhaite ainsi éviter des foyers de contagion de COVID-19 et des employés en quarantaine.

Un optométriste peut toujours faire des exceptions, d’abord pour les exceptions qui sont déjà décrétées par le gouvernement, c’est-à-dire ceux qui ont des problèmes du trouble du spectre de l’autisme, des problèmes mentaux ou autres. Un optométriste peut toujours faire une exception. Je vous dirais qu’en bureau, pour le vivre au quotidien, les enfants, une fois qu’on leur explique et que le parent est à l’aise avec ça, il n’y en a pas de problème pour que les enfants portent des masques, dit-il.

Il ajoute qu’une consultation en visioconférence est suggérée aux personnes qui n’ont pas de masque ou qui ne souhaitent pas en porter. D’autres peuvent être référés à des collègues ou dans les centres hospitaliers.

L’Ordre des optométristes suggère ou recommande aux cliniques de toujours l’annoncer aux patients et aux parents que le masque va être obligatoire et dans les cas où on l’oublie ou qu’on n’en avait pas, les cliniques ont les masques et peuvent fournir ces masques-là aux enfants qui se présentent, affirme Éric Poulin.

Chez le dentiste

En contexte de pandémie, le port du masque est demandé à chaque personne qui entre dans une clinique dentaire, incluant les enfants, si la distanciation physique ne peut être respectée. L’Ordre des dentistes demande aussi aux parents qu’il y ait un seul accompagnateur.

Dre Marie-Ève Asselin, chef de département de médecine dentaire à l’hôpital Ste-Justine, est agréablement surprise de la tolérance de la part des enfants et des parents lors de consultations.

On génère des aérosols, on veut assurer la protection des patients, mais aussi du personnel. Et forcément lorsqu’on fait des examens dentaires, l’enfant va devoir retirer son masque, mais les salles sont petites. On n’est pas toujours en mesure de conserver les 2 mètres de distance, donc pour assurer la sécurité de tout le monde, je pense que c’est une très bonne chose d’exiger le port du masque, même chez les tout-petits, pense-t-elle.

Les personnes âgées de plus de deux ans sont invitées à porter un masque lorsqu’ils entrent dans l’établissement à Montréal. C’est certain que parfois, ça peut être difficile, on a des enfants lourdement handicapés ou si on voit que l’enfant n’arrive pas à très bien le tolérer, on ne va pas le forcer, précise-t-elle.

Le gouvernement du Québec recommande le port du masque ou du couvre-visage pour les enfants de deux à neuf ans. La médecin-conseil à la direction de santé publique, Dre Omobola Sobanjo, rappelle que les entreprises peuvent recommander que ces clients portent un couvre-visage, mais ne devraient pas les obliger à le faire. Elle ajoute qu’un rappel sera fait à ce sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !