•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour de la DPCP de porter plainte contre la juge valdorienne Denise Descôteaux

Un juge, un marteau à la main.

La juge Descôteaux fait l'objet d'une nouvelle plainte. (Archives)

Photo : getty images/istockphoto / Pattanaphong Khuankaew

La juge Denise Descôteaux de la Cour du Québec à Val-d'Or fait face à une nouvelle plainte au Conseil de la magistrature du Québec.

Après le directeur de la protection de la jeunesse en Abitibi-Témiscamingue, voilà que la DPCP, Me Annick Murphy, porte plainte à son tour contre la juge Descôteaux.

Déposée le 10 juin 2020, la plainte porte sur quatre dossiers s'étant déroulés entre 2017 et 2019.

Me Murphy reproche à la juge Descôteaux des comportements, propos et attitudes déplacés envers certains procureurs de la Couronne.

Selon les enregistrements des audiences analysés par le Conseil de la magistrature, la juge Descôteaux aurait levé le ton devant des avocats et aurait fait preuve d'impatience, d'exaspération et d'un certain sarcasme, cédant même parfois à des excès de colère.

Dans sa plainte, Me Murphy avance que les comportements qui [lui] sont rapportés créent un environnement néfaste susceptible d’occasionner des conséquences réelles, non seulement sur la sérénité des débats, mais sur le bien-être des procureurs et autres intervenants du système de justice qui doivent se présenter fréquemment devant cette juge.

Trois des quatre dossiers signalés par Me Murphy feront l'objet d'une enquête du Conseil de la magistrature, qui tentera de déterminer si la juge a manqué à son devoir de réserve, de courtoisie et de sérénité.

Ces plaintes ne sont pas sans rappeler les deux autres déposées contre elle en 2019 et 2020 par Philippe Gagné, alors directeur de la protection de la jeunesse.

Celui-ci reprochait à la juge des comportements similaires à l'égard d'employés. L'audience a été fixée au 2 novembre pour les trois plaintes dont fait l'objet la juge valdorienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !