•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture de la frontière canado-américaine profite à des entreprises manitobaines

Murray Machej debout devant l’épicerie familiale Machej.

Le cogestionnaire de l’épicerie familiale Machej, dans le sud du Manitoba, Murray Machej, dit que les affaires vont très bien depuis la fermeture de la frontière.

Photo : Radio-Canada / Zoé Le Gallic-Massie

En raison des restrictions imposées en cette période de pandémie au Manitoba, de nombreuses personnes vivant à la frontière canado-américaine se tournent vers les entreprises locales pour leur approvisionnement.

Les propriétaires de l’épicerie familiale Machej, située à Sprague, dans le sud du Manitoba, ont enregistré une augmentation d'environ 30 % de leur clientèle depuis la fermeture temporaire de la frontière canado-américaine.

Selon un des gestionnaires, Murray Machej, qui travaille également au bureau local de Postes Canada, ce changement est dû à une hausse de la consommation locale. Il explique que de nombreuses personnes qui s’approvisionnent habituellement en aliments à Roseau ou à Warroad, au Minnesota, ne peuvent plus le faire.

Ils sont désormais contraints d’acheter ici, explique-t-il en précisant que l’épicerie familiale a augmenté son offre de produits pour répondre à cette nouvelle demande.

Nous essayons de nous assurer que les gens qui viennent dans notre magasin trouvent tout le nécessaire, dit-il. Nous vendons beaucoup plus de choses qui viennent particulièrement du Manitoba.

Murray Machej ajoute que ses proches et lui ont ajouté des réfrigérateurs dans le magasin pour conserver plus d’aliments. Ils offrent également les services de livraison à domicile.

Il a remarqué de manière générale que les clients consomment plus que d’habitude. Quand les gens restent à la maison, ils mangent beaucoup, et c’est bon pour nos affaires, dit-il avec humour.

Selon le Franco-Manitobain Ron Vielfaure, qui est propriétaire d’un chalet à Buffalo Point, à une vingtaine de minutes de Sprague, il y a de plus en plus de personnes qui circulent dans la région.

Je vois beaucoup de trafic, ajoute-t-il.

Le visage de Ron Vielfaure.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ron Vielfaure indique que sa famille et lui aiment bien venir manger dans des restaurants à Sprague lorsqu’ils sont au chalet.

Photo : Radio-Canada

Mélanie Parent, une conseillère de la municipalité rurale de Piney, dit que l’augmentation de l’achat local est observable dans plusieurs secteurs.

M. Vielfaure espère que les Manitobains continueront à acheter leurs aliments dans les commerces locaux après la pandémie, car la survie des petites communautés en dépend.

Cependant, il reconnaît que certaines entreprises qui dépendent du tourisme américain ne se réjouissent pas de la fermeture des frontières. Ça fait quand même des pertes, car lorsque les Américains viennent ici, ils dépensent dans les commerces, dit-il.

Vendredi dernier, le gouvernement fédéral a prolongé jusqu’au 30 septembre les restrictions à la frontière canadienne pour les voyageurs étrangers. Deux semaines plus tôt, le Canada et les États-Unis ont décidé d’un commun accord de prolonger au moins jusqu’au 21 septembre la fermeture de la frontière canado-américaine à tous les voyages jugés non essentiels.

Avec des informations de Zoé Le Gallic-Massie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !