•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa prolonge le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes

Chrystia Freeland, une feuille dans la main droite, parle dans un micro.

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, a dit collaborer étroitement avec les institutions financières pour rendre le CUEC à la disposition de ceux qui ont des charges salariales ou des dépenses non reportables admissibles.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Ceux qui comptent sur les prêts sans intérêt d'Ottawa pour faire rouler leur entreprise en dépit des contrecoups de la pandémie de COVID-19 pourront soumettre une demande au compte d’urgence qui leur est destiné jusqu'au 31 octobre 2020.

La date limite pour présenter une demande au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), qui était fixée initialement au 31 août, a donc été repoussée de deux mois, a annoncé lundi la ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Nous prenons [ainsi] les mesures nécessaires pour qu’un plus grand nombre de petites entreprises puissent accéder aux liquidités dont elles ont besoin afin de continuer à fonctionner pendant la période encore difficile que nous traversons, ce qui leur permettra de se reconstruire en vue d’être prêtes pour la reprise économique, a-t-elle déclaré.

Lancé au début de la première vague de COVID-19, le CUEC permet aux petites entreprises et aux organismes à but non lucratif d'obtenir des prêts sans intérêt allant jusqu'à 40 000 $, ce qui les aide à couvrir divers frais, comme le loyer ou leurs assurances.

Des discussions ont lieu afin de permettre éventuellement aux entrepreneurs qui gèrent leur entreprise à partir d'un compte bancaire personnel de présenter une demande auprès du CUEC, a ajouté la vice-première ministre.

Jusqu'à présent, il était obligatoire de détenir un compte d'entreprise actif ou un compte exploitation d'entreprise actif auprès d'une institution financière pour faire une demande.

Des détails sur les changements de procédure seront dévoilés cette semaine, a assuré le gouvernement fédéral.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a salué l'annonce d'Ottawa, particulièrement les modifications apportées aux modalités du programme. Jusqu’ici, malgré le succès du programme, beaucoup trop de PME tombaient entre les mailles du filet, a réagi la FCEI par communiqué.

Selon le ministère des Finances, plus de 730 000 prêts du CUEC ont été autorisés en date du 27 août 2020, soit l'équivalent de plus de 29 milliards de dollars en crédit déboursé.

La vice-première ministre a également annoncé lundi que le Programme de crédit aux entreprises (PCE), mis en place le 27 mars dernier, sera lui aussi prolongé et prendra fin en juin 2021.

931 millions en aide d'urgence

Dans un rapport publié lundi matin, le directeur parlementaire du budget a indiqué que le programme d'aide d'urgence pour le loyer commercial coûtera 931 millions de dollars après avoir été prolongé jusqu'en août.

Selon la mise à jour de l'estimation des dépenses faite par le DPB, l'aide offerte par le programme est en voie d'être bien en deçà du montant prévu par les libéraux, qui s'élevait à près de 3 milliards de dollars.

Le programme offre des prêts-subventions qui couvrent la moitié du loyer pour les petites entreprises admissibles et oblige les propriétaires à renoncer à un autre quart de ce qui leur serait autrement dû.

La FCEI prévient que trop de petites entreprises n'ont toujours pas été en mesure d'accéder à l'aide, car le programme compte sur les propriétaires pour faire la demande et établit une barre très élevée pour que les pertes de revenus soient admissibles.

L'association demande au gouvernement de permettre aux locataires de demander directement de l'aide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !