•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès du comédien Jacques Galipeau à l'âge de 96 ans

Pauline Julien tend le bras droit pendant que Jacques Galipeau lit un livre.

Pauline Julien et Jacques Galipeau, lors d'une audition à Radio-Canada, en octobre 1957.

Photo : Radio-Canada / Henri Paul

Radio-Canada

Le comédien montréalais Jacques Galipeau, qui s'est surtout illustré dans des seconds rôles au théâtre et à la télévision, notamment dans le feuilleton Laurier, est décédé à l'hôpital dans la nuit de samedi à dimanche, à l’âge de 96 ans.

Jacques Galipeau est né le 23 septembre 1923. Quelques années avant la Révolution tranquille, le comédien passe six ans à Paris pour perfectionner son art. Dès son retour au Québec, il enchaîne les rôles au théâtre et au petit écran et devient très actif. Il a été vu dans de nombreux téléromans populaires, comme Marie-Didace.

Dans les années 1950, il foule aussi les planches dans Les fous de Dieu, de Friedrich Dürrenmatt, dans une mise en scène de Catherine Toth, au Théâtre des Noctambules.

C'est d'ailleurs au théâtre, au sein de la Compagnie du Masque que dirigent Fernand Doré et sa femme Charlotte Boisjoli, que Jacques Galipeau fait la connaissance de l'auteure-compositrice-interprète et actrice Pauline Julien, qu'il épouse en 1950. Ils ont deux enfants, Pascale et Nicolas.

En 1953, il obtient une nomination pour le prix Gérard -eblanc. Puis, il partage l'affiche avec Béatrice Picard dans la série télévisée Le Survenant, où il incarne Octavien.

Dans la série Les belles histoires des pays d'en haut, il interprète le grand Clophas aux côtés de Denise Filiatrault et de Jacques Godin, entre autres.

Il fait également partie de la pièce Double jeu, l'une des premières mises en scène d'André Brassard.

Jacques Galipeau a connu l'âge d'or du théâtre radiophonique. Il a prêté sa voix à la pièce Rêve d'une nuit d'hôpital, diffusée à Radio-Canada, où il a souvent été produit.

Au cours des années 1970, il s'illustre dans le rôle d'Edmond Germain dans le téléroman La Petite Patrie. Au théâtre, il fait également partie de la distribution de Médium saignant, une pièce sur les heurts linguistiques au Québec.

Ses derniers rôles remontent au début des années 2000. Le comédien rejoint alors la distribution du film La turbulence des fluides de Manon Briand.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !