•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents inquiets du transport scolaire fourni par la STO

Le quai d'attente d'un autobus de transport en commun à Gatineau

À quelques heures de la rentrée, des parents s’inquiètent du transport scolaire fourni par la STO.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

À quelques heures de la rentrée, des parents s’inquiètent du transport scolaire fourni par la Société de transport de l’Outaouais (STO).

Le transport des élèves vers certaines écoles de Gatineau n’est pas assuré par les autobus scolaires traditionnels, mais par des lignes réservées d’autobus publics de la STO. Les règles y sont moins strictes que les autobus jaunes.

Une mère de famille de Gatineau, Julie Meilleur, a contacté le Centre de services scolaire (CSS) des Portages-de-l’Outaouais ainsi que la STO afin de confirmer que les nouvelles mesures relatives au transport en commun prévues dans le plan de la rentrée scolaire du gouvernement du Québec allaient bel et bien être respectées.

Son enfant fréquente une école secondaire privée qui a une entente avec le CSS des Portages-de-l’Outaouais pour le transport scolaire, et doit monter à bord des autobus de la STO afin de se rendre à destination.

Les mesures en place chez le transporteur ne comprennent pas toutes celles prévues dans le plan de la rentrée du gouvernement.

Le CSS des Portages-de-l’Outaouais aurait expliqué à Mme Meilleur dans un courriel que la STO respecte les règles du transport public, qu’elle n’a pas à se conformer à celles du transport scolaire. Le port du couvre-visage y est obligatoire et les autobus sont désinfectés une fois par jour.

Ils ont leur masque dans les autobus, par contre, ma préoccupation c’est que ça ne respecte pas du tout du tout ce qui est décrit dans le plan de la rentrée scolaire du gouvernement, estime Mme Meilleur.

Voici une liste de certaines mesures prévues dans le plan de la rentrée scolaire du gouvernement du Québec :

Actualisation des consignes de distanciation et de nettoyage :

  • Placer au maximum deux élèves par banquette, soit un maximum de 48 élèves dans un véhicule régulier ; • Privilégier les fratries sur une même banquette ;
  • Autant que possible, favoriser la constance des places des élèves d’un jour à l’autre ;
  • Port du couvre-visage obligatoire pour les élèves du troisième cycle du primaire (5e et 6e années) et de l’enseignement secondaire.
  • Port du couvre-visage permis pour les élèves des premier et deuxième cycles et permis pour les élèves du préscolaire.
  • Du gel antiseptique doit être mis à la disposition des élèves à l’entrée du véhicule.

Un nettoyage complet du véhicule est requis quotidiennement. Dans le cas où un véhicule serait utilisé successivement pour plus d’un circuit de transport en matinée ou en fin de journée, la désinfection sommaire des aires les plus fréquemment touchées par les élèves est requise.

Source : ministère de l’Éducation

S’il y a des règles qui sont émises, à mon avis, ça doit être respecté pour leur santé. En contrepartie, il y a une incohérence dans tout ce qui est émis au niveau des écoles, au niveau des règles. On parle de bulle, mais on les met dans un autobus tout collé, lance Mme Meilleur.

Radio-Canada n’a pas été en mesure d’obtenir une entrevue avec le CSS des Portages-de-l’Outaouais. Toutefois, la STO dit vouloir s’ajuster.

Chaque année, c'est la même chose : les premières semaines, on doit s'adapter. La consigne que les chauffeurs ont présentement, c'est de déclarer quels sont les taux d'achalandage à bord de leurs autobus, explique Alexandre Meloche-Dorris, responsable des affaires publiques de la Société.

La STO espère ainsi dégager une tendance pour pouvoir s'y adapter par la suite et la formule semble fonctionner jusqu'à présent.

Après avoir vu ses autobus se remplir plus tôt cette semaine lors de la rentrée du Collège Nouvelles Frontières, le transporteur a opté pour des autobus articulés afin de mieux répondre à la demande. Si un autobus est trop rempli, la Société en déploiera davantage le lendemain.

Transporter son enfant soi-même plutôt que de prendre l’autobus

Ayant pris la décision de transporter elle-même son enfant à l’école, Mme Meilleur s’inquiète pour la santé et la sécurité des élèves des différents établissements scolaires qui devront voyager dans les autobus de la STO.

Présentement, notre plan c’est d’aller reconduire et chercher notre [enfant] à l’école. On va tenter d’observer les circuits de son école voir si ça respecte les règles, dit Julie Meilleur.

Si je me fie à l’année dernière, les autobus étaient bondés, ajoute Martine De Grandpré dont l'enfant devra aussi prendre le transport public.

L’école fait des pieds et des mains pour respecter les mesures sanitaires. Ils font un super travail, souligne Mme De Grandpré.

Quand je regarde ce qui se passe au niveau du transport scolaire, c’est l’incompréhension, explique-t-elle. Je ne comprends pas pourquoi ce ne sont pas les mêmes règles qui sont mises en place dans les autobus jaunes et dans les autobus de la Ville parce qu’elles sont nolisées pour les enfants qui vont à cette école-là.

OC Transpo se prépare à accueillir à nouveau les étudiants lundi

Dans une note de service, la direction générale des transports d’Ottawa a apporté des précisions quant à la rentrée scolaire.

OC Transpo fournit un transport personnalisé à 37 écoles d’Ottawa relevant des quatre conseils scolaires, en vertu d’accords conclus avec le Ottawa Student Transportation Authority (OSTA) et le Consortium de transport scolaire d’Ottawa (CTSO), peut-on y lire.

Quatre autobus d'OC Transpo dans une rue non précisée d'Ottawa.

En date du 21 août, 28 des 3000 employés d’OC Transpo avaient contracté la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Les transports scolaires seront sensiblement les mêmes que les années précédentes. Certains itinéraires de retour à la maison seront en service plus tôt depuis les écoles où les jours de classe prennent fin plus tôt, explique la Ville.

Mais en raison du décalage de la rentrée pour certaines écoles, OC Transpo pourrait temporairement réassigner les services de déplacements scolaires afin de répondre à d’autres besoins.

On ne s'attend pas à ce qu'un autobus soit trop rempli. Si ça arrive, on va réagir rapidement, car on a des chauffeurs en surplus prêts au cas où, assure Pat Scrimgeour, le directeur des systèmes clients et de la planification du transport en commun chez OC Transpo.

Une fois la rentrée entamée pour tous les niveaux, OC Transpo offrira un service exclusif aux itinéraires des milieux scolaires.

En collaboration avec Santé publique Ottawa, nous continuons à rendre le service de transport en commun aussi sûr que possible pour tout le monde, avec le port obligatoire de masques pour tous les clients, un nettoyage amélioré, des distributeurs de désinfectant pour les mains dans les stations et des écrans de protection autour des chauffeurs d’autobus, assure la Ville.

Par ailleurs, OC Transpo a connu une augmentation des cas de COVID-19 au sein de son personnel au cours des dernières semaines.

Avec les informations de Boris Proulx et Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !