•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combattre le cancer seul en raison de la pandémie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Aurélie Julien est couchée sur son lit d'hôpital pendant son traitement.

Aurélie Julien a dû être hospitalisée seule pendant plus de deux semaines pour subir des traitements pour vaincre la leucémie.

Photo : Aurélie Julien

Radio-Canada

Accompagner un proche qui subit des traitements de chimiothérapie n'est toujours pas possible dans le secteur de l'oncologie au CIUSSS de l'Estrie CHUS.

Les restrictions demeurent en place pour protéger les patients vulnérables.

Avec la chimiothérapie, vous comprendrez que, la clientèle, on affecte leur système immunitaire. Ce sont des clientèles encore très vulnérables et plus à risque de contracter la COVID ou toute sorte d'autres agents infectieux.

Nathalie Schoos, directrice des soins infirmiers au CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Seuls quelques cas particuliers permettent d'autoriser l'accompagnement. Les personnes ayant un trouble cognitif ou un problème de mobilité peuvent notamment bénéficier de la présence d'un proche aux traitements.  

Les patients hospitalisés en oncologie ne peuvent toujours pas non plus recevoir de visiteurs. Bien que la crise sanitaire semble maîtrisée dans la province, le CIUSSS de l'Estrie CHUS affirme que les risques sont trop grands pour ces patients.  

Le risque de transmission communautaire a baissé, mais on est toujours dans la préparation à une nouvelle augmentation des cas, donc on ne souhaite pas prendre de risques, affirme Nathalie Schoos. 

En pédiatrie, toutefois, un parent est autorisé en tout temps auprès de l'enfant malade. 

Une dure épreuve pour les proches et les malades 

Cette mesure a eu un impact signification pour Aurélie Julien. La jeune femme de 22 ans a reçu un diagnostic de leucémie au mois de mai.  

Ça a été difficile parce que j'ai dû apprendre la nouvelle toute seule, souligne Aurélie Julien. 

Pendant deux semaines et demie, elle s'est retrouvée complètement seule à l'hôpital. 

C'est insupportable, c'est la pire chose qu'un parent peut vivre.

Isabelle Caron, mère d'Aurélie Julien

Elle a pu néanmoins demeurer en contact avec ses proches en vidéoconférence. 

Puisqu'elle est maintenant traitée en pédiatrie, Aurélie Julien peut maintenant être accompagnée de ses parents pendant ses traitements. Elle se désole pour les autres patients qui n'ont pas cette chance. 

Des fois, je vois les personnes âgées, les personnes qui ne peuvent pas être accompagnées de leur mari ou de leur femme. Je trouve ça triste pour eux parce que c'est des longues journées, souligne-t-elle.

La jeune femme, qui est maintenant en rémission, affirme que le soutien de ses proches, même à distance, a fait toute la différence pour traverser cette épreuve et pour garder le moral au cours de ses traitements, qui dureront encore deux ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !