•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bon départ au Tour de France pour Hugo Houle

Hugo Houle roulant sur son vélo.

(Archives) Hugo Houle roulant sur son vélo.

Photo : Getty Images / Anne-Christine Poujoulat

La première journée du Tour de France a été marquée par la pluie samedi. Le cycliste de Sainte-Perpétue, Hugo Houle, a terminé cette première journée de course en 15e position. Il a réussi à éviter les chutes.

Ça a bien été. C’est un parcours qui est très technique. Il y a eu une belle solidarité dans le peloton lorsqu’il s’est mis à pleuvoir, pour ne pas faire les descentes à fond de train, parce qu’il y avait beaucoup d’huile sur la chaussée, souligne le cycliste.

C'est le deuxième Tour de France auquel participe l'athlète. Il considère qu'il aura davantage d'occasions pour les échappées.

Je pense que je suis plus en forme cette année. J'ai plus de force. Ça va m'être fort utile, parce qu'honnêtement, c'est beau vouloir, mais il faut avoir les jambes pour sortir dans des étapes échappées, indique Hugo Houle.

La compétition sportive se déroule près de deux mois plus tard qu'à l'habitude cette année, en raison de la crise sanitaire.

On va y aller une étape à la fois. Si ça se trouve, cette année, on peut être chanceux et ne pas avoir de pluie. Je l'espère, mais il faut faire preuve d'intelligence dans le peloton. Si on est discipliné et qu'on se respecte, ça va bien aller, estime-t-il.

Un Tour de France en pandémie

Le cycliste a reçu un diagnostic positif à la COVID-19 le 14 août, ce qui a mis en péril sa participation à la course. Le résultat était finalement erroné, et il a pu prendre le départ.

Il souligne que l'ambiance est fort différente pour cette mouture, en raison des mesures sanitaires. L'athlète cite en exemple la course de l'année dernière, où le départ se faisait de Bruxelles, et avait attiré les foules.

C'est certain que c'est particulier. Au départ, on voit très peu de gens. Les lieux de stationnements sont clôturés. On est peu accessibles. C'est moins festif que les autres années, constate le cycliste.

Comme les autres événements sportifs, le Tour de France exige des cyclistes de demeurer dans une bulle.

Par exemple, avant le départ, ma copine est venue me voir, mais il fallait qu'elle reste de l'autre côté de la clôture, à deux mètres. Elle avait son masque. J'avais mon masque, même si c'est ma copine, une fois qu'on est entré dans la course, il n'y a plus aucun contact avec l'extérieur qui est permis.

Les équipes ont intérêt à respecter les consignes sanitaires. Si deux coureurs d’une même équipe reçoivent un résultat positif à la COVID-19, l'équipe entière sera disqualifiée.

La grande boucle est particulièrement éprouvante cette année. Les cyclistes seront confrontés à un relief accidenté dès les premières étapes.

Le Tour de France se terminera le 20 septembre sur les Champs-Élysées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !