•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Babysitter : le féminisme de Catherine Léger porté au grand écran

Chargement de l’image

L’autrice et scénariste gatinoise Catherine Léger adapte sa pièce de théâtre «Baby-sitter» pour le grand écran.

Photo : Avec la gracieuseté de Catherine Léger

Chargement de l’image
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le tournage du film Babysitter – tiré de la pièce de théâtre à succès de la scénariste Catherine Léger – débutait cette semaine à Montréal. Et pour porter sa comédie féministe au grand écran, la native de Gatineau fait équipe avec la réalisatrice Monia Chokri.

Il s’agit d’ailleurs d’une collaboration inespérée pour Catherine Léger, qui rêvait de travailler avec Monia Chokri. Elle était « ravie » que la réalisatrice – un an après avoir connu un grand succès à Cannes avec son premier long métrage La femme de mon frère – puisse ajouter sa propre signature à son histoire.

Dans la comédie féministe Babysitter, le personnage de Cédric perd son emploi après avoir fait une blague sexiste qui devient virale. Il entame une thérapie, puis se lance dans l’écriture d’un livre-témoignage intitulé Sexist Story.

J’ai vu [dans son travail] une façon de traiter la comédie, une profondeur et un réalisme [que je voulais dans le film], souligne la Gatinoise d'origine.

« Une pièce de théâtre va voyager. Elle va avoir plusieurs vies, connaître plusieurs metteurs en scène. Mais un film, c’est un seul scénario, et je pense [qu’il] a trouvé la bonne réalisatrice. »

— Une citation de  Catherine Léger, autrice et scénariste

Bien que cette dernière n’en soit pas à ses premières armes dans l’industrie – elle a écrit tant pour la scène que pour le petit et le grand écran (Charlotte a du fun, La déesse des mouches à feu) – c’est la première fois qu’elle transpose l’une de ses propres oeuvres au cinéma.

Chargement de l’image

En plus d’en être la réalisatrice, Monia Chokri joue un rôle dans le film «Babysitter».

Photo : Max Hart Barnwell/Avec la gracieuseté de Catherine Léger

Il y a quelque chose d’attirant dans le fait de pouvoir explorer un sujet précis de manière aussi forte pendant une heure et quart, fait-elle valoir.

Car l’adaptation au grand écran permet d’aller chercher une profondeur et de bonifier l’histoire avec différents lieux et de nouveaux personnages.

On a réussi à nuancer le personnage de Cédric en ajoutant son entourage [dans le film]. Le gars qui, au départ, fait une blague sexiste en direct à la télé, on le comprend mieux parce qu’on voit sa gang de chums, on voit l’ambiance au match sportif, et on l’aime plus, souligne Catherine Léger.

Une comédie féministe au goût du jour

Bien qu'elle ait écrit sa pièce en 2016, les questions et enjeux féministes que l'autrice aborde sont toujours collés sur l’actualité, selon elle.

Entre la pièce et le film, il y aura malgré tout quelques nuances. La pièce se déroulait avant le #MeToo, et le film se passe après, rappelle-t-elle. Alors on s’est questionné sur ce qui a changé.

« [Aujourd’hui], il y a une certaine lucidité qui est plus présente par rapport aux enjeux d’inconduites sexuelles, mais en même temps, il y a encore une résistance. C’est cet équilibre-là qu’on essaie de trouver dans le film. »

— Une citation de  Catherine Léger, autrice et scénariste

Car en plus de cette « lucidité », il y a aussi tout un « vocabulaire », mentionne-t-elle. À partir du moment où on nomme mieux les choses, comme "inconduites sexuelles", comme "dénonciations", on sait qu’on est plus proche d’une solution, croit la scénariste.

Chargement de l’image

Catherine Léger, autrice et scénariste

Photo : Avec la gracieuseté de Catherine Léger

Atteindre un nouveau public

Avant d’être présentée sur scène pour la première fois en 2017, Baby-sitter n’avait que 15 représentations à son calendrier. La pièce aura plutôt été présentée dans 35 villes différentes et presque 100 soirs, indique Catherine Léger, soulignant que ce succès a facilité son adaptation au cinéma.

Malgré tout, elle souhaite maintenant aller chercher [des gens] qui n’ont peut-être pas encore entendu parler de la pièce.

Avec 100 représentations, on n’a pas touché autant de public qu'on peut l'espérer avec une large distribution au cinéma, renchérit l’autrice.

Catherine Léger espère aussi avoir une belle sortie de l’autre côté de l’Atlantique, puisque l'adaptation cinématographique de sa pièce est une co-production Québec-France, signée Amérique Film et Phase 4 Productions.

Babysitter mettra en vedette Patrick Hivon, Steve Laplante, Hubert Proulx et la jeune actrice française Nadia Tereszkiewicz dans le rôle principal, en plus de Monia Chokri, qui portera à la fois le chapeau d’actrice et de réalisatrice.

Le tournage de Babysitter se déroule jusqu’au 10 octobre, à Montréal. Sa sortie en salles est prévue pour juin prochain.

Avec les informations de Marilou Lamontagne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !