•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Manitobain conteste l’interdiction provinciale de faire pousser du cannabis chez soi

Un plant de cannabis vu de près.

Jesse Lavoie soutient que faire pousser du cannabis chez soi devrait être permis tout comme la fabrication du vin ou de la bière à la maison.

Photo : Radio-Canada / Catherine François

Radio-Canada

Le Manitobain Jesse Lavoie a lancé mercredi une contestation constitutionnelle contre l’interdiction provinciale de faire pousser du cannabis chez soi. Il estime que la loi manitobaine va à l’encontre de la loi fédérale qui donne l'autorisation de faire pousser jusqu’à quatre plants de cannabis à la maison à des fins récréatives.

Jesse Lavoie aimerait que des modifications soient apportées à la Loi sur la réglementation des alcools, des jeux et du cannabis. Cette loi a été modifiée en octobre 2018 pour inclure le cannabis mais interdit la culture du cannabis à domicile.

Elle stipule également qu’une personne ne peut pas posséder 30 grammes de cannabis en public, ne peut pas posséder du cannabis qui n’est pas emballé, étiqueté et estampillé conformément aux exigences fédérales, à moins que la réglementation ne l’autorise.

La province prévoit des amendes allant jusqu’à 2542 $ pour toute personne qui fait pousser de la marijuana à la maison, en fournit à une personne mineure ou en vend sans permis.

Le Québec avait également une loi similaire à celle du Manitoba, mais elle a été invalidée par un juge l’an dernier.

Jesse Lavoie soutient également que faire pousser du cannabis chez soi devrait être considéré au même chapitre que la fabrication du vin ou de la bière à la maison. J’ai toujours voulu faire pousser ma propre plante de cannabis. Je ne bois pas d’alcool et je ne consomme pas de tabac, c’est donc la seule chose que j’utilise, dit-il.

Réduction des dépenses

M. Lavoie consomme d'un à deux grammes de marijuana par jour, et la souche qu’il aime coûte 15 $ le gramme en magasin, dit-il.

S’il était autorisé à cultiver quatre plants de marijuana à la maison, il indique qu’il pourrait produire environ 400 grammes de cannabis tous les quatre mois.

Lorsque vous multipliez 400 grammes par les 15 $ le gramme que je dépense, cela me permettrait de faire des économies importantes, souligne Jesse Lavoie en précisant que le cannabis peut être stocké pendant environ 12 mois.

De plus, il souligne que dans les moments de crise comme durant la période de confinement de COVID-19, il aurait moins de difficultés à s’approvisionner en cannabis.

Bien que la marijuana soit légale au Canada, Jesse Lavoie qui travaille dans l’industrie depuis trois ans fait remarquer que le marché noir est toujours florissant. Il souligne que de nombreuses personnes achètent leur cannabis en ligne en raison de 4 à 5 $ le gramme.

Selon lui, si le Manitoba légalise la culture de cannabis à la maison, la province pourra taxer les semences, l’équipement de culture, les lumières, et les déshumidificateurs.

Jesse Lavoie a embauché deux avocats de la firme winnipégoise MLT Aikins pour suivre son affaire. Ces derniers devront remplir une déclaration sous serment avant une audience prévue le 28 septembre.

M. Lavoie a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe pour couvrir ses frais juridiques. Son objectif est d’amasser 80 000 $ afin qu’il puisse se permettre de porter l’affaire devant la Cour suprême, au besoin.

Il souligne que les fonds non utilisés iront directement aux organismes de bienfaisance, notamment à Moisson Winnipeg, Habitat pour l’humanité et à un fonds destiné à la protection de l’héritage métis.

Avec des informations de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !